Copy
NEWSLETTER
Semaine du 17 septembre 2018
Abonnez-vous |  Accéder au site
FOCUS SUR

Kofi Annan, la mort d'un apôtre de la paix


19/08/2018. L'ex-secrétaire général de l'ONU et Prix Nobel de la paix a durablement marqué la diplomatie internationale.

Kofi Annan n'était déjà plus secrétaire général de l'ONU en février 2012, mais il avait accepté d'endosser une dernière responsabilité, pour alléger le fardeau de son successeur, Ban Ki-moon: mener une mission de bons offices en Syrie. L'aventure fut de courte durée, la mission impossible. Face à l'escalade de violences, redoutant que la poignée d'observateurs onusiens déployés sur le terrain ne soit prise pour cible, le Ghanéen Prix Nobel de la paix 2001 avait rapidement jeté l'éponge, déplorant les dissensions entre grandes puissances. «J'ai perdu mes troupes sur le chemin de Damas», avait-il lâché, mâchoire serrée. La paix hors d'atteinte, les armes allaient continuer de parler, pour longtemps.

Cet échec cuisant, celui d'une organisation dédiée à la paix dans le monde mais dépassée par une guerre atroce aux enjeux trop complexes, rappelait celui subi en Irak neuf ans plus tôt: Kofi Annan était alors le secrétaire général des Nations unies en exercice, et il avait consenti, non sans inquiétude, à laisser son ami brésilien Sergio Vieira de Mello prendre la tête de la mission onusienne à Bagdad. 

Lire la suite de l'article
Derniers articles mis en ligne

« Voyages du désespoir », un rapport du HCR sur les mouvements de réfugiés en Europe

11/04/2018. Malgré la diminution globale du nombre de réfugiés et de migrants arrivés en Europe l’année dernière, les dangers auxquels nombreux d’entre eux sont confrontés dans certaines situations ont augmenté comme l’indique un nouveau rapport du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, qui décrit l’évolution des tendances dans leurs déplacements. Selon le rapport « Voyages du désespoir », le nombre d’arrivées en Italie par la mer, principalement en provenance de la Libye, a considérablement diminué depuis juillet 2017. Cette tendance s'est poursuivie au cours du premier trimestre 2018, avec une baisse de 74 pour cent par rapport à l'année dernière. La traversée vers l’Italie s’est par contre révélée de plus en plus dangereuse et le taux de mortalité des candidats à la traversée depuis la Libye a grimpé à 1 personne sur 14 au cours du premier trimestre 2018, alors qu’il était de 1 sur 29 au cours de la même période en 2017. Par ailleurs, on a également observé au cours des derniers mois une détérioration très préoccupante de la santé des nouveaux arrivants en provenance de la Libye, avec un nombre plus important de personnes dans un état de grande faiblesse, amaigries et globalement en mauvais état de santé.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like « Voyages du désespoir », un rapport du HCR sur les mouvements de réfugiés en Europe on Facebook Google Plus One Button

Lors de la Journée Mondiale contre la traite des êtres humains, l’Ordre de Malte appelle à un renforcement des efforts conjoints

27/07/2018. Lors de la Journée mondiale contre la traite des êtres humains, le 30 juillet 2018, l’Ordre souverain de Malte lance un appel aux gouvernements et à la société civile, monde des entreprises compris, pour que des mesures soient prises afin de prévenir la traite des êtres humains et d’y mettre fin tout en protégeant et en accompagnant victimes et rescapés. La traite des êtres humains est une forme tragique d’esclavage contemporain, un crime et une menace sérieuse pour la dignité humaine et l’intégrité physique. “L’Ordre de Malte souhaite souligner la nécessité de renforcer les synergies, les partenariats et les alliances entre les différentes agences des Nations Unies, les organisations régionales et internationales, les organisations locales non-gouvernementales et la société civile, y compris les organisations confessionnelles locales”, affirme Albrecht Boeselager, Grand Chancelier de l’Ordre de Malte. “Ces mesures sont absolument nécessaires pour prévenir les violations, protéger les victimes, poursuivre les responsables, partager les recherches et les expériences, mettre en évidence les bonnes pratiques, mieux faire connaître la situtation et collaborer activement avec les organisations régionales et sous-régionales”. Remplissant sa mission d’assistance aux plus vulnérables, l’Ordre souverain de Malte accentue ses efforts contre la traite des êtres humains à travers les services sociaux et l’action humanitaire menée par ses associations nationales, son agence internationale de d’aide humanitaire ,“Malteser International”, ainsi que son réseau diplomatique, et plus particulièrement ses deux ambassadeurs chargés de combattre la traite des êtres humains.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Lors de la Journée Mondiale contre la traite des êtres humains, l’Ordre de Malte appelle à un renforcement des efforts conjoints on Facebook Google Plus One Button

«Sur l’immigration, dépassons les affrontements binaires pseudo-moraux»

27/07/2018. L'ancien ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, appelle les dirigeants européens à dépasser les débats théoriques et idéologiques pour rechercher des solutions concrètes. Le diplomate avance plusieurs propositions pour sortir de l'impasse. LE FIGARO. - Aujourd'hui, un certain nombre d'observateurs affirment qu'il y a une crise politique en Europe, mais sont plus réticents à parler de «crise migratoire». Partagez-vous ce point de vue? Hubert VÉDRINE. - Les migrations seront permanentes et donc la maîtrise des flux migratoires s'imposera comme une politique durable. En Europe mais aussi chez les émergents, en Afrique, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Canada… et bien sûr aux États-Unis. Quant aux demandes d'asile, il y en aura malheureusement d'autres, mais il est impossible de savoir quand des drames atroces jetteront des peuples entiers sur les routes. Le phénomène des migrations est facilité par les moyens de transport moderne et, Stephen Smith a eu raison de le souligner dans La Ruée vers l'Europe, par l'élévation du niveau de vie en Afrique. Et c'est ainsi que s'est reconstituée une nouvelle «économie de la traite» dans toute l'Afrique, rapportant aux passeurs plus d'argent que le trafic de drogue. Les pays où les gens veulent aller pour vivre mieux ne peuvent pas se fermer: l'extrême droite dit des absurdités là-dessus. Économiquement, on aura besoin d'immigrants légaux dans divers métiers. Humainement, ce serait cruel et c'est impraticable.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like «Sur l’immigration, dépassons les affrontements binaires pseudo-moraux» on Facebook Google Plus One Button

Journée contre la traite des êtres humains : l’ONU appelle à protéger les enfants, les femmes et les migrants

29/07/2018. Les droits des victimes des trafiquants, des passeurs et d'autres formes modernes d'esclavage ou d'exploitation doivent devenir la priorité, a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, à l'occasion de la Journée mondiale de la traite des êtres humains, célébrée le 30 juillet. "La traite est un crime odieux qui se nourrit des inégalités, de l'instabilité et des conflits", a déploré Antonio Guterres dans son message, soulignant que les trafiquants exploitent l'espoir et la détresse d'autrui, et s'attaquent aux plus démunis en les privant de leurs droits fondamentaux. "Les enfants et les jeunes, les migrants et les réfugiés sont des cibles de choix. Les femmes et les filles se retrouvent encore et toujours dans la ligne de mire", a regretté le chef de l'ONU, précisant qu'ils faisaient l'objet d'exploitation sexuelle odieuse, dont la prostitution contrainte, le mariage forcé et l'esclavage sexuel, ainsi que du commerce "effroyable" des organes humains. Selon lui l'impunité dont jouissent les trafiquants "ne peut plus durer". A cet égard il s'est félicité de la résolution démontrée par les pays à prévenir, combattre et éliminer la traite des êtres humains dans le contexte du Pacte mondial pour des migrations qui doit être signé en fin d'année.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Journée contre la traite des êtres humains : l’ONU appelle à protéger les enfants, les femmes et les migrants on Facebook Google Plus One Button

Les Conventions de Genève ont soufflé leurs 69 bougies…

12/08/2018. Les quatre Conventions de Genève, comme chaque 12 août, prennent une année de plus… 69 bougies au compteur et peu de raisons de se réjouir. Pourtant, le 12 août 1949, l’espoir était grand à Genève : les Etats « s’engageaient à respecter et à faire respecter en toutes circonstances » le droit international humanitaire… Ces obligations demeurent plus que jamais valables. A nous, simples citoyens de les connaître et de les faire connaître histoire de montrer que « le droit protégeant les gens dans la guerre » – ceux qui ne combattent plus et ceux qui ne combattent pas – est également l’affaire de tous. Ainsi donc, et imaginant Sisyphe heureux, joyeux anniversaire aux droit international humanitaire ! A voir ou revoir le témoignage de René-Jean Wilhelm, l’un des co-rédacteurs des Conventions de Genève.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Les Conventions de Genève ont soufflé leurs 69 bougies… on Facebook Google Plus One Button

L’aide humanitaire, une activité de plus en plus risquée

19/08/2018. Le nombre de travailleurs humanitaires tués augmente. Soudan du Sud, Syrie, Afghanistan et République centrafricaine sont les pays les plus risqués. Près de 140 travailleurs humanitaires ont été tués l'année dernière dans le monde, ce qui représente une augmentation de 23% par rapport à 2016. Colette Gadenne travaille depuis des années dans des zones de guerre, mais la peur est toujours la même quand des miliciens en armes font irruption dans l'hôpital où elle exerce pour Médecins sans frontières (MSF). Cette peur, elle l'a connue trois fois en trois semaines, fin mai et début juin, en République centrafricaine, où elle dirige la mission de MSF. Dans l'un de ces cas, les miliciens ont tiré 21 coups de feu avant de tourner les talons. La République centrafricaine se trouve dans une situation particulièrement grave, mais les travailleurs humanitaires du monde entier font face à une recrudescence des meurtres, des enlèvements et des violences en tous genres commises au mépris du droit international censé les protéger.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like L’aide humanitaire, une activité de plus en plus risquée on Facebook Google Plus One Button

Renaud Girard : «L’immigration de masse est un scénario perdant-perdant»

31/08/2018. Alors que la question de la crise migratoire occupe l'espace médiatique et le débat public, Renaud Girard analyse les conséquences de l'immigration massive sur les pays d'Europe comme ceux d'Afrique. FIGAROVOX.- Aujourd'hui, le continent africain connaît une explosion démographique et l'Europe vieillit. Pourquoi ne pas tout simplement accepter l'immigration? Renaud GIRARD.- Il est évident que les pays européens n'ont plus les moyens économiques, sociaux et politiques d'accueillir toute la misère du monde. Prenons le cas de la France. Si nous regardons la question de l'emploi, nous voyons que, toutes catégories confondues, le nombre d'inscrits à Pôle Emploi s'élève à 6 255 800 personnes. Une économie en sous-emploi n'est pas en mesure d'absorber des millions de migrants. N'oublions pas que les vagues d'immigration des années 50-60 arrivaient dans une France en plein boom économique et où le chômage n'existait pas. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Mais surtout, l'immigration de masse pose un problème identitaire et culturel. L'Homme n'est pas qu'un homo economicus désincarné, sans histoire ni racines ; il est avant tout un être de culture. La culture européenne -fille de l'Antiquité, du judéo-christianisme et des Lumières- risque d'être submergée par des populations dont le mode de vie est incompatible avec le mode de vie européen et dont la présence massive sur notre sol ne peut aboutir qu'à des tensions.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Renaud Girard : «L’immigration de masse est un scénario perdant-perdant» on Facebook Google Plus One Button

Le pape François, retour sur ses cinq ans de diplomatie africaine

21/03/2018. Le pape François, un pape diplomate ? En cinq ans de pontificat, Jorge Mario Bergoglio, semble avoir renforcé le poids diplomatique et politique de l'église catholique sur le continent africain tout en cherchant à réformer la Curie. Analyse de François Mabille, spécialiste de la diplomatie vaticane. Question : le pape Benoit XVI était un intellectuel, un théologien. Le pape François est un pape politique. Peut-on constater depuis son arrivée une plus grande activité diplomatique de la part du Vatican, notamment sur le continent africain ? F-M : Le pape François incarne un pontificat d'action. Le pape François, un jésuite, a demandé aux nonces de sortir des couloirs des ambassades pour se rendre sur le terrain. Pour lui, les nonces ne sont pas des prélats mais prioritairement des pasteurs. Il a tenu devant la Curie des discours très durs dans ce sens en octobre 2016 et en novembre 2017. Il a également favorisé un renouvellement générationnel au sein des nonces et a placé des gens plus jeunes. Si l'action du pape est appréciée, elle est aussi contestée sur le continent africain. Je pense notamment à Robert Sarah, le cardinal guinéen qui fait partie de ces prélats nommés sous Jean-Paul II et Benoit XVI et qui s’est opposé frontalement au souverain pontife. L'autre reproche qui remonte est celui des résultats. Le pape veut réformer la Curie. Il ne cesse de plaider dans ce sens.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Le pape François, retour sur ses cinq ans de diplomatie africaine on Facebook Google Plus One Button

Le cardinal Tauran, diplomate des dialogues impossibles

06/07/2018. Prêtre et diplomate de haute volée, le cardinal bordelais Jean-Louis Tauran s’est éteint à 75 ans. Au service de trois papes, il a toujours voulu construire le dialogue, sans renier son identité. Chacun le savait, personne n’en parlait, et il ne s’en plaignait jamais, au grand jamais : le cardinal bordelais Jean-Louis Tauran, président du conseil pontifical pour le dialogue interreligieux et cardinal camerlingue, était atteint de la maladie de Parkinson depuis plusieurs années. Il s’est éteint jeudi 5 juillet à Méridien (Connecticut, États-Unis) où il était soigné. Le monde l’avait découvert le 13 mars 2013 lorsque, du haut de la loge des Bénédictions, à Saint-Pierre de Rome, il avait prononcé, en sa qualité de cardinal protodiacre, les paroles traditionnelles : « Habemus papam ». Comme sous le coup de l’audace du choix que les cardinaux venaient de faire il annonçait d’une voix étranglée l’élection du pape François. Peu avant, il avait pourtant confié à La Croix son absence de trac : « Du haut de ce balcon, on ne voit que le ciel. » Discret, ce diplomate de haute tenue le fut tout au long de sa carrière, en une exacte antithèse des quinze « maladies curiales » vigoureusement diagnostiquée par le pape François le 21 décembre 2014.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Le cardinal Tauran, diplomate des dialogues impossibles on Facebook Google Plus One Button

La diplomatie de l’urgence : entretien avec Patrice Paoli

09/07/2018. Entretien avec Patrice Paoli, directeur du Centre de Crise et de Soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères. Patrice Paoli, qui était précédemment Ambassadeur de France au Liban et qui sera bientôt Ambassadeur à Cuba, a dirigé le CDCS durant 3 ans. Défis Humanitaires lui a proposé de faire un point sur les perspectives qui s’ouvrent avec la nouvelle Stratégie Humanitaire de la République Française. Le Centre de Crise et de Soutien (CDCS) a beaucoup évolué ces dernières années. Peux-tu nous présenter ses missions, son organisation, ses services, ses moyens d’action aujourd’hui et les changements qui se sont produits depuis trois ans que tu diriges le CDCS ? En deux mots, le CDCS a été créé il y a presque dix ans jour pour jour, puisqu’on arrive à notre dixième anniversaire que nous allons célébrer dans quelques jours avec la présence du Ministre et bien entendu tous nos partenaires, dont les ONG pour tout ce qui concerne l’action humanitaire. Le Centre de crise a été créé à l’initiative de Bernard Kouchner, pour – initialement – professionnaliser des tâches de protection consulaire, de réponse à la crise concernant nos ressortissants. C’était la première responsabilité du CDCS : organiser la veille, qui est la première ligne de défense de nos ressortissants puisque que c’est à travers elle que l’information remonte et est collationnée ; organiser la réponse à la crise avec un Centre de Crise destiné à répondre à toutes les crises affectant la sécurité de nos ressortissants à l’étranger, qu’il s’agisse de cas individuels ou de situations collectives, que ce soit une situation politique, un phénomène naturel, etc.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like La diplomatie de l’urgence : entretien avec Patrice Paoli on Facebook Google Plus One Button
Like
Tweeter
+1
Transférer
Copyright © 2018 Fondation de l'ordre de Malte France, Tous droits réservés.
Vous recevez cet email car vous êtes inscrits sur nos liste
Désinscription






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Fondation Française de l'ordre de Malte · 42, rue des Volontaires · PARIS 75015 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp