Copy
Bonnet jaune eh.

S03E11 : Les Français les adorent !

Voici le troisième épisode de Rigolo (notre pastille vidéo d'analyse des comédies françaises), consacré cette fois-ci à Louis de Funès et à l'amour immodéré des Français pour... les comiques de droite.

Le monument qu'est Louis de Funès a marqué l'imaginaire des spectateurs en devenant l'incarnation parfaite d'un archétype incontournable de la comédie à la française : le bourgeois irascible.

Pour en parler, nous nous sommes penchés sur L'Homme orchestre de Serge Korber (1970) qui, s'il est loin d'être le film le plus célèbre du maestro, permet d'explorer la filmographie de De Funès et de comprendre son incroyable succès. Se pose ensuite la question plus large de l'attrait du public pour ces personnages odieux – ces héros colériques, misogynes ou racistes – à laquelle nous tentons de répondre en dix petites minutes...

Le film de la semaine

Chaque semaine, notre avis, un peu détaillé sur un nouveau film à l'affiche...

Spider-Man : New Generation, de Bob Persichetti et Peter Ramsey  – 1h57 • On l'aime bien, c'est même probablement notre préféré, mais il commençait à nous saouler ce petit homme-araignée. Bien conscient de ce fait et de l'omniprésence du personnage dans la pop culture contemporaine, Ramsey et Persichetti signent ici l'opus parfait pour une génération méta-blasée. Peter Parker n'a plus le monopole de Spider-Man. Spidey c'est n'importe qui, c'est toi, c'est moi, c'est un ado ou une petite fille, c'est Nic Cage en héros de film noir, c'est une nana ou un cochon... peu importe. En rassemblant les divers avatars du héros par l'intermédiaire d'une faille entre univers parallèles, le film se recentre sur son récit fondamental : celui des affres de l'adolescence. Dans un style graphique attrayant, mixant le volume et les aplats, ce film d'animation parvient – sans pour autant atteindre la splendeur des Indestructibles 2 – à rafraîchir sensiblement la franchise. L'affrontement final, qui consiste de plus en plus souvent, chez DC notamment, à un torrent de poussière grisâtre désagréable à l'œil, donne ici lieu à un feu d'artifice bigarré dont on peut au moins se réjouir.

Le reste en bref

Le reste des sorties de la semaine avec nos résumés approximatifs...


🇫🇷 Rémi sans famille, d'Antoine Blossier – 1h49
Une histoire à faire pleurer dans les chaumières à l'époque où il y en avait vraiment, au moins c'est raccord.

🇺🇸 Mortal Engines, de Christian Rivers – 2h08
Après Olivia Cooke et sa tâche de naissance dans Ready Player One, voici Mortal Engines et son héroïne balafrée. Une preuve que le lobbying de cette association britannique porte déjà ses fruits ?

🇯🇵 Une affaire de famille, de Hirokazu Kore-eda – 2h01
Si les affiches de films étaient honnêtes : Chérie, j'ai kidnappé les gosses. Palme d'or 2018.

🇨🇳 Oscar et le monde des chats, de Gary Wang – 1h27
Update des clichés sur la Chine : les chats ne sont plus de la nourriture, puisqu'ils font ici l'objet d'un film d'animation mignon. En revanche, ça ressemble un poil à une contrefaçon de Zootopie.

🇫🇷 Pachamama, de Juan Antin – 1h10
Un film plein de petits lamas croquignolets qui sort pile au moment où le parc animalier de Saint-Léonard-des-Bois se fait dévaliser. Coïncidence ?

🇺🇸 Hunter Killer, de Donovan Marsh – 2h02
C'est bon, Gary Oldman a eu son Oscar, il peut maintenant se faire un bon vieux film de sous-marin avec Gerard Butler et des explosions dans tous les sens !

🇳🇴 Utøya, 22 juillet, d'Erik Poppe – 1h33
Preuve qu'on vit une triste époque, les films sur le terrorisme sont devenus plus nombreux que ceux avec des animaux qui parlent...

🇺🇸 Nous, les coyotes, de Marco La Via et Hanna Ladoul – 1h27
Deux jeunes Français à l'assaut des States pour signer un film indé à Los Angeles. Ça donne envie de prendre des nouvelles de David Charvet.

🇧🇷 L'Exilé, de Marcelo Novais Teles – 1h35
Un documentaire brésilien distribué par le Saint-André-des-Arts uniquement au Saint-André-des-Arts. On avait une vanne énorme, mais la rue est trop étroite.

De derrière les fagots

Chaque semaine, un film pas très très connu mais qui vaut le coup d'œil...

Un homme qui dort, de G. Perec et B. Queysanne (1974)Cette étrange incursion au cinéma de l'écrivain Georges Perec est une adaptation de son roman éponyme, dans lequel un étudiant décide brusquement de cesser toute activité et de se plonger à corps perdu dans l'oisiveté. Comme dans le roman, le protagoniste reste muet, tandis qu'il sombre dans la torpeur, et laisse une mystérieuse voix s'exprimer pour lui, à la deuxième personne.

Il dit qu'il voit pas le rapport

Et pourtant il y a un lien (et même plusieurs). Le meilleur de l'Internet cinéphile à portée de clic :


- La fois (en anglais) où toute l'équipe de Titanic s'est retrouvée aux urgences après avoir mangé des palourdes pas fraiches...

- Deux heures d'Alexandre Desplat, qui mène à la baguette l'Orchestre National de France reprenant les scores de ValérianLa Forme de l'eauHarry Potter ou The Ghost Writer...

- Si l'orchestre du lien précédent ne reprend malheureusement pas les bandes originales des films de Wes Anderson écrites par Desplat, on peut toujours se consoler avec cette vidéo détaillant, par le menu, le processus (32 jours) de tournage de la délicieuse scène de fabrication de sushis dans L'Île aux chiens.

- Une carte de l'Amérique des films d'horreur.

- Apparemment, les trous de Julia Roberts s'améliorent avec l'âge.

- On vous voit qui scrollez comme des dingues sans même avoir pris le temps de regarder l'épisode 3 de Rigolo !

- Un top des pires films de 2018 par des gens qui n'ont clairement pas vu Alad'2.

- Une affiche teaser du film sur Sonic The Hedgehog a été dévoilée et les jambes du hérisson bleu mettent tout le monde très mal à l'aise...

- Une image avec un petit hélicoptère ou un Jean-Claude Van Damme géant, on ne sait pas trop.

On dit gif, pas gif...

Chaque semaine, un reaction GIF prêt à l'emploi, pour plus de cinéma français dans les Internets !

Quand ta journée peut enfin commencer après avoir lu Calmos...

Issu de Série Noire, d'Alain Corneau (1979)

La BO de la semaine

Tous les jeudis, on gâte vos oreilles avec une bonne petite BO...

🎶Morse (Tomas Alfredson, 2008)
Bande originale de Johan Söderqvist
 Écouter sur Youtube
 Écouter sur Spotify

Bas les masques !

Le jeu où il faut deviner qui est sous le masque. Réponse dans une semaine...

Il s'agit tout simplement de reconnaître l'acteur ou l'actrice qui se cache sous le masque...
Cliquez sur l'image pour donner votre réponse et vous mesurer aux autres abonnés Calmos.
---
Retrouvez le classement des abonnés Calmos et les solutions des semaines précédentes....

À jeudi prochain, si vous le voulez bien...
Copyright © 2018 Tous droits réservés, tout ça, tout ça.
La newsletter cinéma qui envoie du pâté à un rythme raisonnablement hebdomadaire.

Si vous aimez cette newsletter, n'hésitez surtout pas à la transférer à vos amis qui pourront partager ce bonheur hebdomadaire en s'inscrivant sur Calmos.net 

ArchivesPréférences / Se désabonner