Copy
Miser juste.

#02 : Le marché s'agite !

La compétition est lancée et déjà des tendances de dessinent...

Depuis mardi, cinq films ont déjà eu droit à leur projection officielle. Tandis que le cours de The Dead don't die de Jim Jarmusch, accueilli assez froidement en ouverture, a significativement plongé, les actions de Ken Loach, Mati Diop et Ladj Ly sont montées en flèche. La cote de Bacurau, le film brésilien sous influence Carpenter, reste quant à lui plus volatile.

Autre effet du début de la compétition, le cours des films a tendance à monter fortement quelques heures avant les projections officielles. C'est notamment le cas de Douleur et gloire de Pedro Almodóvar qui, en attendant sa présentation ce soir, s'est installé en tête du classement à une valeur record...

Et puisque on est entré dans le vif du sujet, les primes de connexion sont désormais plus régulières avec la possibilité d'encaisser 100 nouveaux crédits à investir toutes les six heures. À vous de jouer !

🤓 Les films de Cannes qu'on a vus

Nos résumés approximatifs des films vus au cours de cette édition 2019...


🇺🇸The Dead Don't Die, de Jim Jarmusch • 1h43 (Compétition)
Film de zombie dandy au rythme boiteux qu'on risque quand même d'oublier très vite.

🇧🇷Bacurau, de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles • 2h12 (Compétition)
Western futuriste aussi zinzin que politique. 

🇫🇷Les Misérables, de Ladj Ly • 1h40 (Compétition)
Il y a quelque chose de The Wire dans ce film coup de poing sur la politique de la cité qui dresse un nouveau portrait assez désespérant des banlieues françaises.

🇫🇷Atlantique, de Mati Diop • 1h40 (Compétition)
Petit film humble et délicat sur un sujet difficile. C'est à la fois sa force et sa faiblesse.

🇬🇧Sorry we missed you, de Ken Loach • 1h40 (Compétition)
Du Ken Loach pur jus, efficace et cinglant, sur l'uberisation de notre société à la dérive. Il faut lutter pour retenir ses larmes, mais ira-t-on jusqu'à fermer notre compte Amazon ?

🇫🇷Être vivant et le savoir, d'Alain Cavalier • 1h22 (Séance spéciale)
Avec sa délicatesse habituelle, Alain Cavalier signe un joli documentaire sur la maladie et la mort, même si on n'échappe pas à quelque plans fixes de courges dont il a le secret.

🇨🇦La Femme de mon frère, de Monia Chokri • 1h57 (UCR)
Révélée par Xavier Dolan dans Les Amours imaginaires, Monia Chokri signe, pour son premier film en tant que réalisatrice, une comédie de trentenaire dépressive à mi-chemin entre Les Amours imaginaires, donc, et Juste la fin du monde.

🇺🇸Bull, d'Annie Silverstein • 1h41 (Un Certain Regard)
Film Sundance label rouge.

🇫🇷Le Daim, de Quentin Dupieux • 1h17 (Quinzaine des Réalisateurs)
Dupieux délaisse ses marottes habituelles (le méta, etc.) et revient au cinéma de genre, presque dix ans après Rubber, et c'est plutôt rafraichissant.

🇷🇺Une grande fille, de Kantemir Balagov • 2h14 (Un Certain Regard)
Deux ans après Tesnota, Balagov confirme l'étendue de son talent. Un film puissant, dense et admirablement réalisé sur la relation torturée entre deux jeunes femmes au sortir de la Seconde guerre mondiale.

😵 Les films de Cannes qu'on n'a pas vus

Nos résumés très approximatifs des autres films projetés au festival...


🇬🇧For Sama, de Waad Al Kateab et E. Watts • 1h35 (Séance spéciale)
Un documentaire sur la guerre en Syrie sous forme de lettre ouverte d'une mère à son futur enfant (Sama, donc). On espère qu'elle lui lira aussi des trucs un peu plus marrants, genre les Schtroumpfs.

🇺🇸5B, de Dan Krauss • 1h33 (Séance spéciale)
Enquête sur l'aile d'un hôpital de San Francisco réservée à des patients séropositifs, écrivant avec des crayons à mine grasse.

🇫🇷Les Hirondelles de Kaboul, de Zabou Breitman et Eléa Gobé Mévellec • 1h20 (Un Certain Regard)
Zabou, qui a débuté au cinéma en incarnant Blanche Neige, réalise presque 40 ans plus tard un film d'animation. La boucle est bouclée.

🇬🇪And Then we Danced, de Levan Akin • 1h45 (Quinzaine)
Un danseur géorgien tombe amoureux de son rival. Ça tourne, tourne, tourne mal...

🇫🇷On va tout péter, de Lech Kowalski • 1h49 (Quinzaine)
Palme d'or de la métallurgie.

🇵🇪Canción sin nombre, de Melina León • 1h37 (Quinzaine)
Une histoire de trafic de nouveux-nés dans le Pérou des années 80. Ça change des clichés sur les lamas.

🎬 Loser magnifique

C'est pas parce qu'un film repart de Cannes bredouille qu'il est mauvais, la preuve...

Les Choses de la vie, de Claude Sautet (Cannes 1970) • Plutôt en bonne compagnie face aux films d'Ettore Scola, Youssef Chahine ou Robert Altman, ce chef d'œuvre de Claude Sautet n'a pas su convaincre à l'époque le Jury présidé par l'écrivain Miguel Ángel Asturias.

⛱ Liens trouvés sur la Croisette...

Une sélection de liens de trucs vus ci et là autour du Festival de Cannes !


- Les Lecteurs Anonymes, association de lecteurs et de consultants en scénario, ont partagé quelques-unes de leurs fiches de lecture donnant un sympathique avant-goût du contenu de la sélection cannoise...

- Elton John a joué du piano.

- Au Palais des Festivals, on a pu croire un instant à un happening pour célébrer la prochaine projection de Shining en séance de minuit, mais non c'était juste une grosse fuite.

- Ah, et du coup, ils l'ont fait !

🎧 Cannes au casque

Retrouvez dans chaque numéro une playlist concoctée par La BO du Jour...

Comme dans son cinéma, Pedro Almodóvar aime mélanger les genres. Retrouvez dans cette playlist ce savant cocktail musical où se côtoient les chansons emblématiques de la culture hispanique et les morceaux originaux de son fidèle compositeur Alberto Iglesias.
 Écouter sur Spotify
Rendez-vous lundi 20 pour la suite de nos aventures...
Copyright © 2019 Tous droits réservés, tout ça, tout ça.
La newsletter cinéma qui envoie du pâté à un rythme raisonnablement hebdomadaire.

Si vous aimez cette newsletter, n'hésitez surtout pas à la transférer à vos amis qui pourront partager ce bonheur hebdomadaire en s'inscrivant sur Calmos.net 

ArchivesPréférences / Se désabonner