Copy
Jessica...

S04E13 : Un Oscar sous-titré ?

Lundi dernier à l'aube (heure de Los Angeles), dans une salle de cinéma vide et une étrange ambiance de mort, les nominations pour la 92e cérémonie des Oscars ont été annoncées.

Dans la liste des nommés, on retrouve bien sûr les poids lourds attendus (1917, The Irishman ou Once Upon a Time... in Hollywood pour ne citer qu'eux), mais également un invité plus surprenant : Parasite, film coréen auréolé de succès depuis sa Palme d'Or à Cannes et un parcours en salle sans précédent, ayant d'ailleurs incité HBO à envisager de décliner le film sous forme de mini-série.

Il est assez rare, pourtant, que l'Académie mette à l'honneur des films en langue étrangère hors de la catégorie dédiée. En effet, les six nominations de Parasite n'ont été surpassées que trois fois dans toute l'histoire des Oscars, par La Vie est Belle (7 nominations), Tigre et Dragon et Roma (10 nominations chacun). L'an passé, ce dernier avait cependant raflé trois statuettes dans des catégories où concourait également un film polonais, Cold War, augurant peut-être déjà d'un changement des mentalités.

Début janvier, alors qu'il venait de remporter le Golden Globes du meilleur film en langue étrangère, Bong Joon Ho avait enjoint l'assistance à cesser d'être rebutée par les sous-titres : « une fois que vous aurez franchi cette barrière si mince, tellement de films merveilleux s'offriront à vous ! ». Cette année, il semblerait donc que l'Académie ait décidé d'enjamber joyeusement la barrière. Bong Joon Ho a-t-il enfin trouvé l’astuce pour braquer la catégorie reine avec un film en langue étrangère ? Après tout Jessica vient bien de Chicago, non ?

Réponse le 9 février. 

Le film de la semaine

Chaque semaine, notre avis, un peu détaillé sur un nouveau film à l'affiche...

1917, de Sam Mendes – 1h59 • Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, ne savent pas qu'il reste encore vingt mois à tirer dans cette guerre que personne n'appelle encore la Der des Ders. À vrai dire ils ne savent pas grand chose tout court. L'un, réveillé par l'autre, se demande s'ils ont reçu à manger et c'est le début de deux heures intenses, filmées dans la continuité d'un long plan-séquence, largement bricolé puisqu'il s'autorise notamment une ellipse en son centre. Schofield et Blake se sont vu confier une périlleuse mission : traverser les lignes ennemies pour porter, au plus vite, l'ordre d'annuler un assaut imminent. S'ils échouent, 1600 de leurs camarades, dont le frère de Blake, risquent de se jeter dans un piège tendu par les Allemands. En l'absence de coupes visibles, le spectateur est maintenu dans un état d'inquiétude permanente propice à l'immersion, tandis que Roger Deakins à la photo et Thomas Newman à la musique s'occupent de donner tout son éclat à l'éprouvante balade. Quinze ans après Jarhead, qui racontait le piétinement de soldats américains désœuvrés, le retour de Mendes aux choses de la guerre n'opère pas pour autant un changement de cap si radical. Dans le récit de l'absurdité belliqueuse, il est toujours question de savoir si quelqu'un vous attend loin du front.

Le reste en bref

Le reste des sorties de la semaine avec nos résumés approximatifs...


🇺🇸 Swallow, de Carlo Mirabella-Davis – 1h34
Un film, malaisant à souhait, sur une jeune femme qui n'avait pas informé son mari de tout ce qu'elle avalait.

🇺🇸 The Grudge, de Nicolas Pesce – 1h34
C'est peut-être très bien, mais vu le nombre de déclinaisons depuis 2002, ça sent quand même un peu la grudge...

🇫🇷 Selfie, de T. Bidegain, M. Fitoussi... – 1h47
Ou en français : Very Black Mirror.

🇫🇷 Une belle équipe, de Mohamed Hamidi – 1h35
Si on part du principe que Kad Merad est le Tom Hanks français et que cette histoire de foot féminin est un pseudo remake d'Une équipe hors du commun, alors Manika Auxire est notre Madonna. Ça se tient !

🇫🇷 Marche avec les loups, de Jean-Michel Bertrand – 1h28
Si on suit la logique, dans quelques années on aura Marche avec les stars sur TF1 et on regardera des gens comme Emmanuel Moire ou Joyce Jonathan se faire évaluer sur leurs skills en rando...

🇫🇷 Je ne rêve que de vous, de Laurent Heynemann – 1h40
Un film sur la vie sentimentale de Léon Blum parce que... pourquoi pas ?

Conseil de lecture

Si les gens lisent des trucs dans les films, c'est sans doute que c'est bien...

📖 L'Attrape cœurs, J. D. Salinger (1951)
dans Shining de Stanley Kubrick (1980)

Il dit qu'il voit pas le rapport

Et pourtant il y a un lien (et même plusieurs). Le meilleur de l'Internet cinéphile à portée de clic :


- Un bilan à dérouler du 9h des Halles sur l'année 2019.

- La fille de Martin Scorsese lui avait trouvé un super papier pour ses cadeaux de Noël...

- Dix leçons de style à retenir pour décorer son appart comme dans un film d'Eric Rohmer.

- Les meilleurs films de 2019 d'après... Barack Obama.

- On a hâte de connaître le top 10 de la décennie de Quentin Tarantino, mais on connaît déjà deux titres : Dunkerque de Chris Nolan et Unstoppable de Tony Scott. On peut l'écouter en parler en long, en large, en travers (et en anglais) dans les deux derniers épisodes de l'excellent podcast The Rewatchables. Ici pour Dunkerque et là pour Unstoppable.

- Clint et Schwarzy font du ski.

- Un bien beau montage de près de 300 trailers des années 2010.

- La leçon de cinéma d'Elia Suleiman à la Cinémathèque.

- Une visite fantasmée du plateau de tournage de Shining imaginée par les britanniques de Channel 4 pour la promotion de leur cycle Kubrick.

- Les 100 plans préférés de l'histoire du cinéma, sélectionnés et montés par le magazine Trois Couleurs.

- «Ça a commencé comme une blague et puis à force de le dire et que ça fasse marrer les gens, je me suis dit que c'était super marrant.» Après tout, pourquoi pas, Thierry Lhermitte veut adapter Derrick au cinéma.

- Du rififi dans le cinéma français. Tandis que la SRF dénonce les pratiques douteuses de l'Académie des César autour du Dîner des révélations, l'Académie répond par un communiqué laconique.

- Bong Joon Ho et son décorateur, Lee Ha Jun, racontent comment ils ont conçu le décor de la maison des Park pour Parasite.

- Rappel pour les Parisiens : vous êtes invités mardi 21 janvier au Hasard Ludique pour un quiz d'anthologie. Venez en équipes et pensez à réviser la décennie ciné écoulée !

Coup de jeune

Chaque semaine, l'image d'un acteur ou d'une actrice dans son premier film...

Elijah Wood, 8 ans

dans Retour vers le futur II, de Robert Zemeckis (1989)

Le blind-test de la mort

On vous donne une semaine de plus pour résoudre le blind-test de la décennie avec quelques indices...

À jeudi prochain, si vous le voulez bien...
Copyright © 2020 Tous droits réservés, tout ça, tout ça.
La newsletter cinéma qui envoie du pâté à un rythme raisonnablement hebdomadaire.

Si vous aimez cette newsletter, n'hésitez surtout pas à la transférer à vos amis qui pourront partager ce bonheur hebdomadaire en s'inscrivant sur Calmos.net 

ArchivesPréférences / Se désabonner