Copy
Dans le 1000.

S04E01 : Le train en marche

Le cinéma n'est vraiment qu'une histoire de trains qui roulent, vous vous rendez pas compte !

C'est bien pratique un train, pour parler de cinéma. Ça l'était d'autant plus, pour évoquer ce qui avait effectivement lieu sous le regard mystifié du spectateur, à l'époque pas si lointaine de la pellicule. L'époque, par exemple, où Luc Lagier écrivait ceci : «une figure du défilement (le train), composée de plusieurs wagons lumineux, comme autant de photogrammes d'une pellicule cinématographique traversant l'obscurité, et un espace entre les wagons, en marge, qui pourrait figurer, sur la pellicule, la séparation entre chacun des photogrammes, la coupure entre les images» à propos de la scène de poursuite dans le métro de Pulsions, dans son incontournable essai consacré à Brian De Palma.

La scène d'ouverture de Gemini Man d'Ang Lee interroge tout aussi symboliquement l'illusion d'optique que constituent les films en mettant en scène son personnage principal, incarné par Will Smith, derrière un fusil de sniper. Face à lui : un train à grande vitesse et une cible à abattre. Poursuivant son exploration des possibilités du cinéma haute fréquence (et ses 120 images/seconde qui avaient occupé l'une de nos premières newsletters), le cinéaste taïwanais éclaire un peu plus l'obscurité entre les images. Tout se joue ici dans l'œil de son acteur. Capable de voir plus vite. Capable de voir mieux.

Car au delà du rythme traditionnel des 24 images par seconde, ce qui frappe c'est la clarté. Une course poursuite, une fusillade ou un affrontement de nuit... ce que des décennies de cinéma d'action nous ont habitué à ne pas voir, saute ici aux yeux.

Le film de la semaine

Chaque semaine, notre avis, un peu détaillé sur un nouveau film à l'affiche...

Alice et le maire, de Nicolas Pariser – 1h43 • Une jeune philosophe, fraichement débarquée d'Oxford, est embauchée par la mairie de Lyon pour rallumer la flamme politique d'un socialiste vieillissant. Elle c'est Alice, Anaïs Demoustier. Et lui, c'est le maire, Fabrice Luchini. Toute la délicate magie du film repose sur ce duo d'acteurs, faits de bois différents, mais complémentaires. L'édifice narratif et les dialogues ciselés comptent bien sûr pour beaucoup dans le succès de ce buddy movie politique aussi brillant que modeste, mais c'est la force de conviction de ses interprètes qui emporte le morceau. D'une intelligence rayonnante, le personnage de Demoustier éclaire d'ailleurs bien au-delà du petit paysage cinématographique dans lequel le film s'inscrit (on pense notamment, à Sautet ou Rohmer). Dans une époque désenchantée, l'indignation d'Alice, invoquant L'Étrange défaite de Marc Bloch pour défendre, devant un vieil homme résigné, la valeur des intellectuels, a quelque chose de salutaire.

Le reste en bref

Le reste des sorties de la semaine avec nos résumés approximatifs...


🇫🇷 J'irai où tu iras, de Géraldine Nakache – 1h40
Personne n'en parle, mais Patrick Timsit a vraiment exactement la même gueule depuis 92...

🇫🇷 Psychomagie, un art pour guérir, d'Alejandro Jodorowsky – 1h44
Le truc le moins bizarre de la bande-annonce c'est Jodo qui branle un type dans une chapelle. Comme ça vous êtes prévenus !

🇫🇷 Vous êtes jeunes, vous êtes beaux, de Franchin Don – 1h40
Merci.

🇸🇳 Atlantique, de Mati Diop – 1h45
Faites pas semblant d'avoir déjà vu des films fantastiques sénégalais sur la crise des migrants et prenez l'occasion de vous cultiver.

🇫🇷 Le Regard de Charles, de Marc Di Domenico – 1h23
Dans 50 ans on dérushera sans doute les snaps de Booba. En attendant.

🇪🇸 Viaje, de Celia Rico Clavellino – 1h35
Absolument pas le remake espagnol du film de Pierre Tchernia avec Michel Serrault.

🇫🇷 Bonjour le Monde!, d'Anne-Lise Koehler et Éric Serre – 1h01
C'est cool de continuer à expérimenter des styles d'animation spécifiquement conçus pour traumatiser les gosses ! Never forget.

🇫🇷 La Peau sur les maux, d'Olivier Goujon – 1h40
Voilà une bande-annonce à garder en tête la prochaine fois qu'on sera «mitigé sur le James Gray...»

Conseil de lecture

Si les gens lisent des trucs dans les films, c'est sans doute que c'est bien...

📖 Le travail à la vitesse de la pensée, Bill Gates (1999)
dans I Feel Good de Benoît Delépine et Gustave Kervern

Il dit qu'il voit pas le rapport

Et pourtant il y a un lien (et même plusieurs). Le meilleur de l'Internet cinéphile à portée de clic :


- Presque une heure de musique avec des vrais bouts de Bébel dedans.

- John Waters dans le placard de Criterion.

- Science-fiction : Libé s'est amusé à imaginer les biopics à venir consacrés à Jacques Chirac.

- Lindsay Ellis décrypte (en anglais) la "wokeness" de Disney.

- Magie du mashup, Dark Vador pousse la chansonnette...

- Toujours se méfier des feuillages.

- On n'a pas totalement chômé pendant les vacances de la newsletter, la preuve, on a sorti un nouvel épisode de RIGOLO avec une vidéo consacrée au film Les Bronzés à ce qu'il dit des Français...

- Une vidéo sur la représentation de l'opéra au cinéma à travers l'exemple de Pretty Woman.

- Le spin-off de The Big Lebowski centré sur le personnage de John Turturro se dévoile à travers deux affiches italiennes moches.

- Cette jeune danseuse vit totalement les logos de studios.

- Une passionnante conversation entre Martin Scorsese et Quentin Tarantino (qui apparemment est en train d'écrire un bouquin).

- La petite cuisine des trailers décryptée dans cette vidéo foutrement bien montée.

- 33 ans après, le vrai meurtrier qui a inspiré Memories of Murder de Bong Joon Ho a été retrouvé.

- Le costume de Leonardo utilisé pour le tournage des Tortues Ninja 3 en 1993 est en vente. État : pas très neuf.

Coup de jeune

Chaque semaine, l'image d'un acteur ou d'une actrice dans son premier film...

Fabrice Luchini, 17 ans

dans Tout peut arriver, de Philippe Labro (1969)

Mot de passe

Chaque semaine, un mot de passe à découvrir à partir d'une nouvelle énigme cinéphile...

Il s'agit tout simplement de résoudre l'énigme ci-dessus pour trouver le mot de passe.
Cliquez sur l'image pour donner votre réponse et vous mesurer aux autres abonnés Calmos.

À jeudi prochain, si vous le voulez bien...
Copyright © 2019 Tous droits réservés, tout ça, tout ça.
La newsletter cinéma qui envoie du pâté à un rythme raisonnablement hebdomadaire.

Si vous aimez cette newsletter, n'hésitez surtout pas à la transférer à vos amis qui pourront partager ce bonheur hebdomadaire en s'inscrivant sur Calmos.net 

ArchivesPréférences / Se désabonner