Copy
Pas cher.

S03E20 : Et si on rachetait les Cahiers ?

Le journal Les Échos l'a annoncé cette semaine, la prestigieuse revue des Cahiers du cinéma est en vente...

Au milieu des années 2000, les Cahiers ont trempé un pied dans l'Internet. Le site proposait un forum – peuplé, dans les premiers temps au moins, de cinéphiles stimulants – et une interface permettant d'effectuer des recherches dans les archives complètes de la revue. Il était ainsi possible d'accéder très facilement à une foule d'articles passionnants pour une somme modique. Les Cahiers du Cinéma avaient une présence en ligne sommaire, mais pleine de potentiel.

Et puis, en 2008, le groupe Le Monde cède le titre aux Éditions Phaidon et le magazine se recentre sur le papier uniquement. Ce fameux papier qui, selon la formule d'un récent édito, nous protégerait « du règne du faux ». En dix ans, les Cahiers semblent avoir laissé filer une cinéphilie nouvelle et, avec elle, l'opportunité d'un rayonnement international. N'aurait-il pas fallu, avec la fougue des « jeunes turcs » des débuts, s'emparer de la démocratisation des outils de montage et de publication pour mieux penser le cinéma ? Des Karim Debbache ou autres Tony Zhou n'auraient-ils pas pu, par exemple, être les piliers vidéo d'une refonte éditoriale ?

Peut-être qu'immerger cette belle et vieille revue dans le numérique serait la meilleure manière de redonner de l'éclat à ses pages, de la remettre à l'avant-garde...

Alors oui, pourquoi pas, racheter les Cahiers du cinéma !

Le film de la semaine

Chaque semaine, notre avis, un peu détaillé sur un nouveau film à l'affiche...

Vice, d'Adam McKay – 2h12 • Fini de rire. Depuis, déjà, The Big Short en 2015, Adam McKay, l'un des pontes de la comédie US, a changé de registre. Des farces bidonnantes avec Will Ferrell, il est passé à la satire politique. On rit d'ailleurs toujours pas mal (mais un peu jaune) devant Vice, son biopic mordant consacré à Dick Cheney, l'ex-vice-président des États-Unis de 2001 à 2009. Dans une forme performative à laquelle il nous a déjà depuis longtemps habitué, Christian Bale incarne à la perfection cet inquiétant monstre politique. Comme pour The Big Short, c'est surtout la grande liberté formelle qui impressionne ici. De nombreuses facéties de montage et de mise en scène sont mises au service d'une implacable démonstration. En l'occurrence, la manière dont le personnage s'est insidieusement emparé du pouvoir et a conduit son pays à la guerre en Irak. Méthodiquement, le film installe un bouillonnement qui trouve son point culminant dans une ingénieuse pirouette narrative, si édifiante qu'elle nous arracherait le cœur. Comme les politiques, les cinéastes sont de grands manipulateurs. La différence étant que ce qu'on reproche aux premiers est précisément ce qu'on réclame des seconds.

Le reste en bref

Le reste des sorties de la semaine avec nos résumés approximatifs...


🇺🇸 Ralph 2.0, de Phil Johnston et Rich Moore – 1h52
Le fait que Disney semble n'envisager le web que comme un vaste centre commercial est certes un problème, mais Jonathan Cohen joue le rôle d'un spam dans la VF et c'est un argument de poids.

🇺🇸 Alita : Battle Angel, de Robert Rodriguez – 2h01
Un film de James Cameron réalisé par Robert Rodriguez, c'est un peu comme une chanson de Bowie... par Gérard Palaprat.

🇫🇷 All Inclusive, de Fabien Onteniente – 1h32
Onteniente revient à sa période intello du début des années 2000 avec des titres de plus d'un mot.

🇺🇸 Happy Birthdead 2 You, de Christopher Landon – 1h40
Ont-ils poussé le vice à refaire exactement la même chose que le premier film, en boucle ? 

🇫🇷 Deux Fils, de Félix Moati – 1h30
Ce serait pas la première fois qu'on voit Vincent Lacoste conduire une voiture au cinéma ?

🇦🇹 L'Illusion verte, de Werner Boote – 1h37
Premier film autrichien avec Manu Payet en attendant Sacré doss de Michael Haneke...

🇺🇸 Long Way Home, de Jordana Spiro – 1h27
Rien de moins que le neuvième film à porter ce titre.

🇫🇷 Les Drapeaux de papier, de Nathan Ambrosioni – 1h42
À noter que Nathan Ambrosioni, le réalisateur, a dix ans de moins que le vieux cinéaste québécois Xavier Dolan.

🇫🇷 Moi, Maman, ma mère et moi, de Christophe Le Masne – 1h27
On est visiblement en plein dans de la Galliennesploitation.

🇧🇪 Un ange, de Koen Mortier – 1h45
Après Le Vélo de Ghislain Lambert, une autre histoire de cycliste belge à problèmes, mais moins marrante parce que là, il meurt au début.

De derrière les fagots

Chaque semaine, un film pas très très connu mais qui vaut le coup d'œil...

Daguerréotypes, d'Agnès Varda (1975) • C'est souvent les idées simples qui donnent les meilleurs documentaires. En filmant les habitants de son quartier de la rue Daguerre, Agnès Varda s'engage dans une véritable épopée. On y croise un couple de parfumeurs, un épicier truculent, et un certain Mystag, le plus seventies des illusionnistes.

Il dit qu'il voit pas le rapport

Et pourtant il y a un lien (et même plusieurs). Le meilleur de l'Internet cinéphile à portée de clic :


- Le documentaire sur le projet de Dune de Jodorowsky est visible gratuitement sur Youtube grâce à ARTE.

- Et puisqu'on parle de films inachevés, 9 cinéastes (de Joe Dante à Gaspar Noé) racontent des projets qui n'ont jamais vu le jour.

- Mark Hamill est fan de Laura Dern et Laura Dern est fan de Mark Hamill, donc c'est vraiment très mignon.

- Mads Mikkelsen qui danse le French Can Can et claque un méga grand-écart à 2:07.

- Le site officiel de Captain Marvel nous rappelle les plus belles heures d'Internet, celles où les @ en gif animés tournoyaient sans rougir.

- Didier Bourdon tacle Les Nuls : « Ce n’est pas de notre faute si on est plus populaires qu’eux »

- Ron Burgundy, le héros de Présentateur vedette, lance son podcast.

- [Auto-promo] Une très belle chronique de Juliette Arnaud sur Movieland, le guide ultime du cinéma.

On dit gif, pas gif...

Chaque semaine, un reaction GIF prêt à l'emploi, pour plus de cinéma français dans les Internets !

Quand t'es content mais que tu vomis pas...

Issu de Ridicule, de Patrice Leconte (1996)

La BO de la semaine

Tous les jeudis, on gâte vos oreilles avec une bonne petite BO...

🎶Zodiac (David Fincher, 2007)
Bande originale de David Shire
 Écouter sur Youtube
 Écouter sur Spotify

Bas les masques !

Le jeu où il faut deviner qui est sous le masque. Réponse dans une semaine...

Il s'agit tout simplement de reconnaître la personnalité cachée sous le masque...
Cliquez sur l'image pour donner votre réponse et vous mesurer aux autres abonnés Calmos.
---
Retrouvez le classement des abonnés Calmos et les solutions des semaines précédentes....

À jeudi prochain, si vous le voulez bien...
Copyright © 2019 Tous droits réservés, tout ça, tout ça.
La newsletter cinéma qui envoie du pâté à un rythme raisonnablement hebdomadaire.

Si vous aimez cette newsletter, n'hésitez surtout pas à la transférer à vos amis qui pourront partager ce bonheur hebdomadaire en s'inscrivant sur Calmos.net 

ArchivesPréférences / Se désabonner