Copy
Afficher dans le navigateur
Bonjour à toi,

Il y a quelques années, j'ai fait un grand voyage en autostop. Grand comme "partir d'Istanbul pour arriver dans un petit village de Normandie quelques semaines plus tard".

J'ai fait ce voyage pour un tas de raisons, dont j'étais plus ou moins consciente à l'époque. La principale, c'est que je revenais d'un an en Asie centrale et que ce séjour avait été une telle claque sur tous les plans que je ne me voyais pas prendre l'avion et atterrir à Paris huit heures plus tard. J'avais besoin de temps et de ressentir la route, la distance. Ça, c'était la raison numéro une.

Il y en a d'autres. À vrai dire, il y en a même que j'ai découvertes après coup, et que je n'avais pas imaginées. Et puis il y en a que j'ai expérimentées en chemin. Que je me suis construites.
 
Parmi elles, j'ai adoré que ce voyage me donne du temps pour apprendre des poèmes.

Aux endroits où j'avais Internet, je demandais aux gens sur Twitter de partager avec moi leur poème préféré. Je prenais ceux qui me plaisaient et je les recopiais à la main. 

Je me souviens d'un wifi ouvert, juste avant la frontière bulgare. J'étais restée assise sur mon sac à dos à gribouiller tellement longtemps qu'un douanier était venu me demander si j'avais besoin d'aide ! Et moi, bégayant dans le mélange de russe et de slovène (les deux langues grâce auxquelles j'avais pu me débrouiller tout le long du trajet) que merci mais non non, je recopiais juste des poèmes. Aha, sa tête !
 
Pendant mes temps d'attente (et je peux vous certifier qu'il y en a eu un paquet...), je brandissais mes pancartes colorées annonçant le nom des villes que je cherchais à rejoindre et au verso, face à moi, j'avais donc ces poèmes à apprendre, que je pouvais me répéter à l'envi.
 
C'est comme ça que j'ai pris conscience de la force de la poésie. Que je pouvais m'y agripper, quand le reste tremblait trop fragile.
Quand j'avais attendu quatre heures sans que personne ne s'arrête.
Quand je m'étais fait doubler par un militaire qui, lui, avait été pris en deux temps trois mouvements.
Quand je devais dormir à la belle étoile, pas très rassurée, parce que je n'avais pas atteint ma destination. (C'était dans un champ de maïs, en Serbie, le soir du 14 juillet. Je n'ai fait ma maligne, ni de grasse matinée. Heureusement, le lendemain très tôt, j'ai vu un nid de cigognes et ses habitantes, et ça m'a consolée.)

Mais les poèmes, ce n'était pas seulement pour quand c'était compliqué. La poésie pouvait être là pour la joie, aussi, bien sûr. Par exemple quand j'ai rencontré un clown bosniaque et sa femme, qu'ils m'ont accueillie chez eux avec tellement de simplicité, et que lui chantait et jouait de la flûte et me demandait des mots de chez moi, j'étais bien contente d'avoir Prévert en tête !
 
J'ai repensé à ça la semaine dernière, en cherchant un poème auquel me raccrocher dans une journée mouvementée. Je n'en avais plus que des bribes, dont une qui parlait du 7 juin, date à laquelle on était.
 
J'ai eu envie de le retrouver. Et de le partager avec toi :

Fourmi

Une fourmi
Fait un trajet
De cette branche
À cette pierre,
Une fourmi,
Taille ordinaire
Sans aucun si-
Gne distinctif,
Ce matin, juin,
Je crois le sept ;
Elle porte un
Brin, un fétu.
Cette fourmi,
taille ordinaire,
Qui n’a pas la
Moindre importance
passe d’un trot
Simple et normal.
Il va pleuvoir,
Cela se sent.
Et je suis seul ;
Moi, seul au monde
Ai vu passer
Cette fourmi.

Norge

 
***
 
Et toi, est-ce qu'il y a un poème qui t'équilibre quand ça bouillonne en toi ?
 
À bientôt,
Amélie
 
PS : le village de Normandie dans lequel je me rendais, au terme de ce voyage en stop, c'était Pirou, pour son superbe festival de poésie, Pirouésie. J'y serai encore cette année pour animer des ateliers d'écriture, en très chouette compagnie. On s'y retrouve ?

PPS : si tu penses à des gens à qui cette histoire et/ou ce poème pourraient plaire, n'hésite pas à leur transférer ce mail : je crois qu'on n'a jamais assez de poésie dans la vie !
Copyright © 2018 Amélie Charcosset, All rights reserved.

contact@ameliecharcosset.com






This email was sent to <<Email>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Amélie Charcosset · Chemin du Trabandan 39 · Lausanne 1006 · Switzerland

Email Marketing Powered by Mailchimp