Copy
Afficher dans le navigateur

Bonjour à toi,

J’ai passé cette semaine « en résidence » dans les Pyrénées, avec mes amies d’écriture. Ces moments qu’on arrive à s’offrir ensemble toutes les quatre et régulièrement sont infiniment précieux parce qu’ils aident chacune à – au choix : imaginer, démarrer, avancer, finir, retravailler. À chaque fois, questionner le sens et la langue, les intentions, se bousculer et se retenir, à chaque fois les palettes d’émotions, le grand air du dehors et les petits plats mitonnés.

Cette semaine, je suis donc arrivée avec des bribes d’un nouveau projet, et je m’y suis attaquée. J’ai écrit des fragments, et, sur le conseils des filles, j’ai relu des documents textes perdus dans les méandres de mon ordinateur, et des carnets qui touchaient à leur fin pour voir ce qui pourrait nourrir cette idée de départ. J’avais l’impression qu’elle sortait un peu de nulle part, mais vu ce sur quoi je suis retombée, force est de constater que… non. En fait, cette thématique me travaille plutôt inconsciemment depuis un petit paquet d’années. Mais comme elle est disséminée en bouts ici et là, je n’y avais pas prêté attention.

*

Juste avant de prendre X trains pour arriver ici, j’avais eu l’envie impérieuse de commencer un nouveau carnet associé à un autre projet. Pas n’importe quel carnet, mais un que j’avais précisément en tête, et qu’on m’avait offert il y a… dix ans. Qui n’avait pas, jusque là, trouvé son utilité. Et qui, tout à coup, me paraissait pile à sa place. (Bonus : sa recherche m’a poussée à déballer, de manière assez frénétique, quelques cartons !)

*

Ces deux anecdotes simplement pour dire : chaque chose en son temps.

Je suis la première à écrire et à m’arrêter au milieu d’une phrase parce que je me dis que tout ceci n’a aucun intérêt. À chaque fois, je dois déconstruire et me dire : « ok, ça te semble tout pourri maintenant, et ça te semblera peut-être pourri plus tard aussi (je me connais ;)), mais c’est ça qui est là pour le moment. Écris-le quand même. Il y a un moment où ça aura du sens. »

Et si je n'écris pas ces mots maintenant, ce sens-là, plus tard, je ne pourrai jamais le voir.

Et c'est sans doute pareil pour toi. Tu en dis quoi ?

À bientôt,

Amélie

Copyright © 2018 Amélie Charcosset, All rights reserved.

contact@ameliecharcosset.com






This email was sent to <<Email>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Amélie Charcosset · Chemin du Trabandan 39 · Lausanne 1006 · Switzerland

Email Marketing Powered by Mailchimp