Copy
Partager cette lettre avec quelqu'un

Bonjour à toi,

 

Il y a quelque temps, je t’ai raconté à quel point j’aimais apprendre de la poésie par cœur en faisant de l’autostop. À ce moment-là, je n’avais pas encore découvert l’émission dont je veux te parler aujourd’hui. Récemment, j’ai donc écouté By heart, un épisode de l’Atelier fiction. C’est du théâtre, enregistré à la radio. On est d’accord, dit comme ça, ça ne vend pas excessivement du rêve. Surtout si je te touche trois mots du concept de la pièce : un homme, Tiago Rodrigues, fait apprendre par cœur à des spectateur.rice.s, un sonnet de Shakespeare. Sacré challenge que celui de rendre ça captivant. Et pourtant.

 

J’ai même failli en oublier mes sablés dans le four (j’écoute souvent des podcasts en pâtissant) toute absorbée et touchée que j’étais par ce que j’entendais. Car en vérité, il y a plus que ça. Autour de l’idée de mémoire, Tiago Rodrigues tisse une histoire, évoque sa grand-mère qui, devenant aveugle, lui demande de choisir un livre qu’elle pourrait apprendre par cœur. Il alterne les moments où il raconte et ceux où il fait apprendre le sonnet aux participant.e.s.

 

Il y a, dans ce spectacle, tout pour me plaire :

- le délicieux français de Tiago Rodrigues teinté de son accent portugais et ses digressions sur la langue ;

- une histoire de transmission, d’absence, de disparition ;

- la poésie comme acte de résistance ;

- beaucoup d’émotions ;

- et des gens qui se laissent embarquer.

 

C’est peut-être ça qui me touche le plus, les gens. Ils/elles sont là, à manger du Shakespeare, à réciter leurs vers avec application, avec sans doute des micros accrochés à leur t-shirt. Ce que ça doit coûter, de se lancer.

 

J’avoue, je suis toujours épatée par les participant.e.s aux ateliers d'écriture. Et très reconnaissante envers celles et ceux qui se disent : "Ok, faisons ce qu’elle demande et on verra bien où ça nous mène".
Qui sont partant.e.s pour s’allonger par terre et écrire couché.e.s.
Qui sont d’accord pour prêter leur texte griffonné à leur voisin.e.
Qui ne sont pas choqué.e.s à l’idée de passer dix minutes dans le froid mordant pour se concentrer sur les sensations et écrire autrement ensuite.
Qui ne rechignent pas à écrire sans la lettre A pour se cogner aux bords de la langue.
Qui veulent bien venir en studio radio et écrire pendant les quelques minutes à peine que dure la chanson.
Qui ne paniquent pas quand ils et elles entendent ma proposition de considérer le tableau périodique des éléments comme un grand réservoir à histoires.
Qui sourcillent à peine quand je les incite à se coller un miroir sur le nez pour regarder dedans et voir le ciel autrement.
Qui acceptent de composer tout un poème dans leur tête en marchant avec interdiction de noter quoi que ce soit, et de le réciter ensuite, face à la mer.
 

Épatée, donc, parce que franchement, à leur/ta place, moi, je ne sais pas toujours si je me lancerais. Reconnaissante parce qu’évidemment, c’est précieux de pouvoir inventer et préparer des ateliers en s’autorisant pas de côté, divagations, rêveries. À imaginer comment faire frotter, crisser, catapulter langue(s) et imaginaires, pour des mélanges rugueux, étonnants et détonants, qui surprennent et secouent nos idées reçues et nos évidences.

 

Décidément, oui, de plus en plus, cette année, j’ai envie d’ateliers f(r)ictions.

Poésie aléatoire sur bristols.
Participant.e.s qui n'ont pas l'air trop traumatisé par l'exercice, ouf !

À bientôt,

Amélie

PS : L’enregistrement de By heart date d’il y a quatre ans, le podcast n’est plus disponible, mais tu peux toujours l’écouter directement sur le site de France Culture.

Et puis quoi encore ?

- Je co-anime un atelier d’écriture ("Trucs et astuces pour écrire des contenus pertinents") destiné aux entrepreneur.e.s de l’Economie Sociale et Solidaire ce jeudi 17, à Genève. Si ça t’intéresse, tu trouveras plus d’infos ici.

- Les chouettes photos de cette lettre ont été prises par Nirine Arnold, un immense merci à elle et aux participant.e.s de l'atelier fribourgeois du 9 décembre dernier. Je te raconterai tout ça plus longuement une prochaine fois :)

Mais au fait,
qui est-ce qui écrit ?

Je m’appelle Amélie, et mon but, c’est de donner aux gens des outils pour qu’ils s’approprient la langue à leur manière.

Je fais ça principalement en animant des ateliers d’écriture créative pour toutes et tous et en enseignant le français comme langue étrangère.

Pour en savoir plus : www.ameliecharcosset.com


Photo : Nirine Arnold

Copyright © 2019 Amélie Charcosset, All rights reserved.

contact@ameliecharcosset.com






This email was sent to <<Email>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Amélie Charcosset · Chemin du Trabandan 39 · Lausanne 1006 · Switzerland

Email Marketing Powered by Mailchimp