Copy
Partager cette lettre avec quelqu'un

Bonjour à toi,



Cette semaine, j'ai eu la chance d'avoir la visite de mon amie Ana, qui est (super) prof en école primaire. Elle m'expliquait les différences entre son école principale et les écoles dans lesquelles elle fait des remplacements. Des différences flagrantes de public, d'énergies, de postures d'enseignant·e·s. Ça m'a donné envie de te raconter une histoire d'écoles.


En janvier, j’ai co-animé un atelier pour des entrepreneur·e·s de l’économie sociale et solidaire. L’idée était de les aider à améliorer/faciliter l'écriture de leurs contenus. En préparant cette intervention et en réfléchissant à ce qu’on avait envie de mettre dedans, à ce qu’on voulait partager, on s’est rendu compte avec ma binôme journaliste qu’on ne travaillait absolument pas de la même manière.


Elle, avant de démarrer un texte, sait exactement ce qu’elle va écrire.
Moi, je commence par de l'écriture automatique pour me dérouiller la main et l'esprit parce que je n'ai souvent pas d'autre intention que celle-ci : faire passer des mots de ma tête à la page.
Elle, est au point sur son message essentiel, l'objectif de son texte, son contenu, ses sources.
Moi, je découvre le message que je trouve essentiel en écrivant autour et en butant dessus. (Dans Comme par magie, Vivre sa créativité sans la craindre, un bouquin que j’ai adoré lire cette semaine, Elizabeth Gilbert cite Joan Didion, une autrice américaine : « Je ne sais pas ce que je pense tant que je ne l’ai pas écrit. » !)
Elle, a un plan, un ordre dans lequel elle dit les choses, une manière de les organiser.
Moi, je mélange tout, pars dans tous les sens et suis obligée ensuite de copier-coller des passages entiers, d'en développer certains, d'en supprimer d'autres pour redonner une forme au tout.
Elle, écrit en solitaire, à son bureau.
Moi, je n'écris jamais si bien qu'en atelier ou qu'entourée de personnes aimées.


Quand on s’est rendu compte de ça, pour tout te dire, on a un peu bataillé avec le déroulé de notre atelier. En deux heures, pas évident de partager deux façons de faire si opposées !


Après moultes hésitations, on a décidé d'annoncer tout de go au début qu'on était de deux écoles différentes et qu'il n'y en avait pas une mieux que l'autre. Qu'on pouvait faire des fiches personnages, et des recherches pendant des semaines avant d'écrire le moindre mot. Qu'on pouvait aussi décider que l'écriture provoquait l'écriture, et qu'il fallait bien s'y mettre pour trouver de quoi on voulait parler. Et que toutes les nuances entre ces deux options étaient valables aussi.


En fait, on n'avait pas envie de transmettre un truc qui aurait ressemblé à une recette, mais des outils de réflexion pour que chacun·e puisse faire ce qui était juste pour elle/lui. Que chacun·e expérimente et change de stratégie quand et comme il/elle en a envie.


Parce qu'il y a deux écoles, certes. Mais dans le fond, il n'y a qu'un seul terrain de jeux, qu'une seule cour de récréation : les mots.



Et toi, elle ressemble à quoi, ton école ?


À bientôt,
Amélie

 

Et puis quoi encore ?


- Il reste des places pour l'atelier d'écriture "Jeter des ponts" (mercredi 13 mars, 18h30-21h30, à L-Imprimerie) !

- Pour l'atelier de mai, l'une de vous m'a suggéré le thème "Dystopie", aussitôt adopté ! Si tu as des envies/idées pour les ateliers d'avril et de juin, je prends tes contraintes comme des impulsions de créativité :)

- Le festival Vibrations poétiques, qui aura lieu les 23 et 24 mars à La Rochelle, a un site tout beau tout neuf ! Je me fais une joie d'en être ! Tu viens ?

 
Si cette lettre te fait réagir, tu peux y répondre comme à un mail normal :)
Si elle te fait penser à quelqu'un, n'hésite pas à la lui transférer !
Si tu as envie d'en lire plus, les archives sont par ici.
Mais au fait,
qui est-ce qui écrit ?

Je m’appelle Amélie, et mon but, c’est de donner aux gens des outils pour qu’ils s’approprient la langue à leur manière.

Je fais ça principalement en animant des ateliers d’écriture créative pour toutes et tous et en enseignant le français comme langue étrangère.

Pour en savoir plus : www.ameliecharcosset.com


Photo : Nirine Arnold

Copyright © 2019 Amélie Charcosset, All rights reserved.

contact@ameliecharcosset.com






This email was sent to <<Email>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Amélie Charcosset · Chemin du Trabandan 39 · Lausanne 1006 · Switzerland

Email Marketing Powered by Mailchimp