Copy
Partager cette lettre avec quelqu'un

Bonjour à toi,

 

On n’est pas dimanche, mais c’est qu’il se passe un truc chouette ce week-end, je voulais te prévenir !

 

Mercredi, j’ai animé un atelier d’écriture ouvert à tou·te·s. L’une des participant·e·s, à la fin, m’a dit que c’était fou de se rendre compte qu’on était capable d’écrire (ce dont on n’était pas forcément complètement sûr·e avant), mais que c’était fou aussi de prendre conscience d’à quel point c’était un métier, et comment cette expérimentation d’un soir pouvait laisser entrevoir l’étendue du travail que demandait l’écriture d’un livre. J’étais bien d’accord, mais j’ai quand même rajouté : et quand bien même.

 

Quand bien même l’écriture ne serait pas notre vocation et qu’on n’aurait pas l’intention de devenir un·e auteur·rice à succès, elle peut constituer un loisir, un moyen de connaissance de soi (et d’autres, dans le cadre d’un atelier), un moment de créativité et de détente.

Un peu comme :

-       On peut aimer préparer des cookies pour le goûter sans avoir l’intention de devenir Bocuse – juste parce qu’on aime bien avoir des biscuits hyper bons à partager,

-       On peut trouver que les vacances à vélo sont la meilleure chose du monde, mais rester de marbre devant les épreuves du Tour de France – parce que nous, on est plutôt pains choc à la boulangerie du village et bivouac en sauvage.

Or on continue malgré tout à faire des cookies et des vacances à vélo. Eh bien c’est pareil pour l’écriture.

 

Deux jours plus tard (aujourd’hui, donc), je passe la journée à l’Atelier à préparer l’expo de ce week-end. Ça m’a pris la matinée de fixer mon mur blanc (ou pas tout à fait blanc – d’ailleurs, est-ce que je devrais le repeindre ?), de réfléchir à où, comment, à quelle distance, mais ohlala en fait j’expose quoi exactement, combien, je prends des mesures, j’ai pas les outils, je suis pas manuelle, tu crois que le lait pour coller ça tient vraiment, comment ça marche le double-face, je fais des tests, mais si jamais l’encre bave, ouh mais là c’est pas droit, est-ce que quelqu’un a un niveau, mais vraiment, peut-être que je devrais repeindre le mur. Nul. Super-nul. Il est 20h, j’ai passé la journée à faire mille choses (comme préparer des ateliers d’écriture minute pour les visiteur·euse·s qui voudront bien jouer le jeu), par contre, mon mur est toujours blanc (ou pas tout à fait, bis repetita.)

 

En vrai, j’ai peur, voilà. Ça me fiche la trouille, d’exposer. Et en plus, je ne sais pas faire, je ne sais pas par où commencer. Je sais écrire, lire en public mais exposer, ah ça...

 

Et puis je repense à ce moment de mercredi soir. À cette idée que j’essaie de faire passer, qu’on peut agir pour déjà être juste là : dans l’action et le plaisir. Même si on n’en fait pas notre métier, et que ce qu’on propose n’est pas parfait. De toute façon, si on ne le fait jamais, on va avoir du mal à s’améliorer, CQFD. Alors je reprends mon éponge, ma colle, mes ciseaux, mes poèmes, mon mur blanc-ou-pas-tout-à-fait et j’installe. Bien sûr je peste parce que ça ne coupe pas ne colle pas ne tient pas n’est pas droit. Et puis à un moment, c’est prêt. Alors clairement, je ne serai jamais commissaire d’expositions ou technicienne de musée, mais peu importe, c’est quand même chouette, une fois qu’on a bricolé des poèmes dans son coin, de pouvoir les montrer (et en délicieuse compagnie, qui plus est).

 

Ouf, donc : ce week-end, j’expose mes poèmes imparfaits et pas toujours parfaitement droit à L-imprimerie ! Je serai drôlement contente de t’y voir. Tu viens ?

 

L-Imprimerie, avenue de Morges 33, samedi 17 et dimanche 18 mai, 12h-18h.
Exposition dans le cadre d'Aperti, portes ouvertes des ateliers d'artistes lausannois·es.
 

À bientôt,

Amélie

Et puis quoi encore ?

Prochain atelier d'écriture : Utopies & dystopies (2), le 19 juin

Au premier atelier sur le thème, on est, entre autres, parti·e·s sur une île déserte, on a créé des ambiances dystopiques combinatoires et on a inventé des devises (fondues) pour des pays qui n'existent pas. Si ça t'attire, te déroute, t'intrigue, te fait de l'œil et que tu as envie de venir explorer ces thèmes, viens ! 19 juin, 18h30-21h30, à L-Imprimerie, Lausanne. 70.- pour un premier atelier, 60.- si tu es déjà venu·e. Toutes les infos ici.

Chouette, je m'inscris !
Si cette lettre te fait réagir, tu peux y répondre comme à un mail normal :)
Si elle te fait penser à quelqu'un, n'hésite pas à la lui transférer !
Si tu as envie d'en lire plus, les archives sont par ici.

Photo : Nirine Arnold
Mais au fait,
qui est-ce qui écrit ?


Je m’appelle Amélie, et mon but, c’est de donner aux gens des outils pour qu’ils s’approprient la langue à leur manière.

Je fais ça principalement en animant des ateliers d’écriture créative pour toutes et tous et en enseignant le français comme langue étrangère.

Envie d'en savoir plus ? www.ameliecharcosset.com




 

Copyright © 2019 Amélie Charcosset, All rights reserved.

contact@ameliecharcosset.com






This email was sent to <<Email>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Amélie Charcosset · Chemin du Trabandan 39 · Lausanne 1006 · Switzerland

Email Marketing Powered by Mailchimp