Copy

Quand Women Who do stuff a demandé à Dialna de participer à ce numéro spécial “femmes portant le voile”, on n’a pas hésité une seule seconde.

Voile, Hijab, turban, foulard, à chaque polémique autour de ce vêtement culturel et/ou religieux, la société entière se met à débattre de l’humanité des personnes qui le portent, sans penser à leur donner la parole, les écouter, les regarder. À force d’invisibiliser les femmes musulmanes ayant décidé de le porter, il est facile d’oublier qu’elles existent, qu’elles sont complexes, diverses, compétentes, capables de beaucoup de choses. On a à cœur de vous présenter plusieurs portraits de femmes inspirantes, qui brisent les barrières, qui vont là où personne ne les attend, qui réalisent leur rêves, et qui, accessoirement ont décidé de porter un voile. Sans surprise, chez les anglo-saxons, elles sont plus facilement médiatisées. En France, nos médias sont encore frileux, voire radicalement opposés à les montrer comme elles sont. À nous toutes de faire bouger les lignes. 

- Nadia de Dialna.fr

Prenez soin de vous et n'hésitez pas à venir nous faire coucou sur twitter ou par mail et si le cœur (surtout la bourse) vous en dit, à nous soutenir sur Tipeee ! 


PS : n'oubliez pas de soumettre vos idées pour notre magazine papier avant le 30 avril !
 

Ilhan Omar

Lors des dernières élections de mi-mandat pour la chambre des représentants aux États-Unis, de nombreuses femmes, jeunes, racisées, résolument à gauche ont été élues. Parmi elles, Ilhan Omar, américaine d’origine somalienne. Elle devient une des premières femmes musulmanes élues au Congrès américain, avec Rashida Tlaib, et la première élue qui porte le hijab.
Ilhan Omar est arrivée avec sa famille aux États-Unis, alors qu’elle était une adolescente,  après avoir passé quelques années dans un camps de réfugiés somaliens au Kenya. Après un diplôme en sciences politiques et relations internationales, elle s’engage en politique chez les Démocrates. Ilhan Omar soutient l’entreprenariat au féminin, la défense de l’écologie et veut travailler en amont pour éviter que les femmes racisées issues des classes sociales plus pauvres passent de l’école à la prison sans opportunités d’avenir. Elle subit depuis son élection des accusations d’antisémitisme concernant sa critique de la politique israélienne et son soutien à la Palestine. 
Pour constater à quel point elle ne se laisse pas faire, vous pouvez voir ici son échange avec Elliott Adams, sénateur du Kansas, faisant partie de l’administration Trump (et anciennement Bush) au sujet de l’ingérence des USA en Amérique Latine, et au Vénézuela en particulier.


Crédit photo : Chip Somodevilla, Getty Images

Mona Haydar

Mona Haydar est une rappeuse et activiste syro-américaine. Elle s'est fait connaître en 2017 avec la chanson Hijabi dans laquelle elle rappe sur la fascination des gens pour son voile et sur les questions ridicules qu'on lui pose "I'm bored with your fascination / I need that PayPal, PayPal, PayPal". Dans le clip de Hijabi on la voit enceinte jusqu'aux yeux et entourée d'autres femmes qui portent le voile et toutes sont hyper fières et badass.
Mona le dit dans toutes ses interviews "representation matters", porter le voile en occident est difficile et stigmatisant et pouvoir représenter ces femmes et se montrer est capital. Mona Haydar n'a peur de rien : agacée par l'appropriation culturelle des personnes blanches vis à vis des personnes noires et arabes, elle écrit la chanson Barbarian et tacle méchamment tout le monde. Une reine. En plus de tout ça, Mona fait un master sur la colonisation et la chrétienté, elle a deux enfants et voyage beaucoup en Syrie pour étudier l'Islam et se reconnecter à sa culture et son passé. 


Crédit photo : Capture d'écran Youtube du clip "Hijabi"
On entend souvent des personnes islamophobes "ces femmes sont soumises et n'ont pas choisi de porter le voile", évidemment sans jamais leur avoir posé la question.. En 2015, Faïza Zeroula a sorti le livre Des voix derrière le voile. On y retrouve les témoignages de femmes qui ont décidé de porter le voile ou de le retirer. Tour à tour elles racontent leur parcours personnel, professionnel et religieux. C'est super éclairant et met à mal bon nombre de préjugés.

Noor Tagouri

Noor Tagouri est une journaliste et activiste américaine d'origine libyenne. Elle a notamment produit une série documentaire sur la maltraitance des personnes souffrant de troubles mentaux, ainsi qu'un podcast sur le trafic sexuel aux États-Unis (elle a d'ailleurs créé une ligne de vêtement dont elle a reversé 50% des profits à des associations qui soutiennent les victimes de trafic sexuel).

Noor Tagouri a grandi dans un coin très conservateur et blanc des USA. Elle rêve depuis son plus jeune âge de devenir présentatrice TV mais se persuade qu'elle n'y parviendra pas si elle continue de porter son hijab. Elle choisit de continuer à porter son foulard, et c'est en avril 2015 que le déclic se fait : elle est à Baltimore pour couvrir les émeutes suite à l'homicide de Freddie Gray par des policiers. Elle réalise que son hijab la rend plus accessible aux yeux des communautés marginalisées et lui permet de gagner leur confiance. Elle quitte alors son travail, produit sa série documentaire et commence à travailler sur son podcast "Sold in America". Depuis, elle continue de lutter contre la représentation déformée des minorités dans les médias.

En 2016, elle devient la première femme musulmane et portant un hijab à apparaitre dans un numéro du magazine Playboy. Elle avait beau être complètement habillée, le fait qu'elle apparaisse dans ce magazine lui a valu une vague de critiques. Noor a réagi avec ces mots : "Une femme de 22 ans complètement habillée, musulmane, américaine et libyenne, a profité d'un magazine iconique pour propager un message positif et indispensable. J'ai fait ce que tant de femmes avec des messages inspirants auraient été mal à l'aise de faire, parce que le succès d'une femme est trop souvent fondé sur ce que la société juge approprié pour que nous réussissions".


Crédit photo : Kate Warren pour Playboy
L'association Lallab lance le 27 mars la journée internationale des femmes musulmanes : une journée entière de mobilisation sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MuslimWomensDay, et une soirée conférence qui aura lieu le 29 mars à la Bellevilloise à Paris, où plein d'intervenantes se raconteront sur la thématique "femmes musulmanes et éducation".

Nadiya Lazzouni

Nadiya Lazzouni est une self made woman. Diplômée en droit des affaires et international, elle décide en 2017 de tout plaquer et de créer son média sur Youtube, “Speak Up”. Prendre la parole, quand on fait partie de celles et de ceux à qui on ne la donne pas si facilement, avait tout son sens pour la jeune femme. Dans ses vidéos, elle interview des figures issues de l’immigration, aux parcours atypiques, et parfois invisibilisées. Largement influencée par le Daily Show de Jon Stewart, Nadiya Lazzouni veut créer un espace de dialogue pour aborder des sujets qui lui sont chers : hypersexualisation, empowerment, mais aussi lutte contre le racisme, égalité, représentation. C’est d’ailleurs ce dernier point qui l’a poussée à créer son média. Vu son profil atypique, Nadiya Lazzouni sait pertinemment qu’aucune rédaction mainstream ne lui aurait accordé cet espace. Récemment le grand public a pu la découvrir sur le plateau de CNEWS face à un représentant du Rassemblement national pour “débattre” de la polémique inutile du hijab de running chez Décathlon.

On vous propose l’un de ses entretiens avec Malika Mansouri, psychologue-psychanalyste et maître de conférence qui propose une analyse des révoltes de 2005 : Identités et Trauma : interroger son histoire pour mieux se construire.


Crédit photo : Capture d'écran Youtube de sa vidéo "Identité et trauma"
Une femme qui porte un voile noir se tient debout au milieu d'une route dans un paysage désertique.
Emerveillez-vous devant la sublime série Northern Yemen, par la photographe Yumna Al-Arashi.

Ibtihaj Muhammad

Ibtihaj Muhammad est une escrimeuse américaine, spécialiste du sabre. Elle est la première athlète à porter le voile tout en représentant les États-Unis dans des compétitions sportives internationales. Elle milite pour l'autorisation du port du voile dans le milieu sportif : elle obtient du CIO l'autorisation de porter son hijab lors des compétitions sportives des Jeux Olympiques de 2016 à Rio. Elle profite de sa notoriété pour combattre les amalgames, et déclare vouloir que "la vie des musulmans soit un peu plus facile, en particulier aux USA" et espère que sa présence au sein de l'équipe américaine aide à changer l'image négative des gens à l'égard de la communauté musulmane.

En 2017, Ibtihaj Muhammad sert de modèle à la première poupée Barbie portant le voile. Elle raconte son histoire dans Proud, son livre sorti récemment.


Crédit photo : Daniel Shea pour le TIme


Cette newsletter est écrite/éditée/aimée par Mélissa et Mathilde.

Si vous voulez nous dire bonjour, faire part de vos remarques et suggestions ou carrément nous féliciter : womenwhodostuff@gmail.com. Pour faire un don sur notre Tipeee c'est ici.

Pour voir les éditions précédentes, c'est par ici.

Pour vous désinscrire : unsubscribe from this list.