Copy

Le Syribt en télétravail  

Tout d'abord, nous espérons que cette lettre numérique vous trouvera, ainsi que vos proches, en aussi bonne santé que nous. 

Depuis le 17 mars, l'équipe du Syribt est en télétravail pour respecter les règles de confinement. Une situation tout à fait inédite ! Le temps de prendre nos repères, nous nous sommes réorganisés pour poursuivre nos actions et le suivi des opérations en cours. 

Le chantier de la zone d'activité de Tarare Ouest 

L'aménagement de la zone d'activité de Tarare Ouest, portée par la Communauté d'agglomération de l'Ouest Rhodanien (COR), est l'occasion pour le Syribt de réaliser la restauration d'un tronçon de 1 100 mètres linéaire sur la Turdine. Les 5 anciens ouvrages industriels de prises d'eau seront détruits afin de redonner à la rivière sa pente naturelle. L'opération inclut la pose d'une rampe pour stabiliser les fondations du pont de la Bussière, le terrassement en déblais-remblais de 10 000 m³ sur les berges et leur végétalisation. Un cheminement piéton doit également être créé. 
Ce chantier a pour but de rétablir la continuité écologique et diminuer la vulnérabilité du site au risque d'inondations en agrandissant le gabarit du cours d'eau. 

Les interventions d'abattages se sont terminées à la fin du mois de mars. Les opérations de terrassement commenceront début juillet pour environ 5 mois.


Les financements pour ce chantier s'élèveront à 70% de la part de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse. Une aide va également être demandée auprès du Fonds européens de développement régional (FEDER). 

La restauration de la Turdine dans la traversée des Teintureries de Tarare  

En complément de l'opération de la zone d'activité de Tarare Ouest, le Syribt va procéder à la restauration de la Turdine un peu plus en amont, sur un linéaire de 300 mètres. L'intervention au droit de l'entreprise des Teintureries de Tarare, un site en activité, fait la particularité de ce chantier.
Les 2 seuils de prise d’eau installés dans le lit de la rivière et n'ayant plus d'usage actuel seront détruits afin de restaurer la pente naturelle du cours d’eau. Plusieurs fondations et piliers seront confortés tandis que l'un des murs de soutènement sera au contraire détruit. Cependant, les enjeux de stabilité des berges en rive gauche ne permettent pas de procéder à des terrassements en déblais : des ouvrages en enrochements seront réalisés à la place. 

Les abattages préalables au chantier ont été réalisés durant le mois de mars. Les travaux,  initialement prévus durant l'été 2020, sont actuellement en attente. En effet, l'enquête publique préalable, qui devait se dérouler fin mars, a été ajournée compte tenu de la situation sanitaire. Affaire à suivre ...

Le début du chantier de construction du barrage écrêteur de crue de l'Arbresle-Savigny

La construction du second ouvrage de ralentissement dynamique sur la Turdine a démarré le 30 avril par le piquetage des emprises du barrage et la réalisation de la mission géotechnique complémentaire.

La base vie du chantier sera livrée prochainement afin de permettre aux équipes des entreprise Vinci Construction Terrassement, Crouzet et Perret, de respecter les mesures sanitaires en vigueur tout au long du chantier. 
A partir de la seconde quinzaine de mai, les premières opérations consisteront à créer les accès de chantier depuis la route, préparer la zone de travaux et dériver la Turdine pour pouvoir construire son lit.

Le budget alloué à la création de ce second barrage écrêteur s'élève à 3,1 millions d'euros, auxquels s'ajoutent les missions de maîtrise d'oeuvre et d'assistance à maîtrise d'ouvrage, chiffrée à 220 000 euros. Ces missions sont respectivement endossées par ISL Ingénierie et Setec Hydratec. 
Cette opération bénéficie de 50% de subventions de l'Etat au titre du Programme d'actions de prévention des inondations (PAPI). 

Des moutons pour lutter contre la renouée du Japon  

Voilà déjà quelques mois que des troupeaux de moutons arpentent les berges de la Brévenne à différents endroits. Ces animaux sont un nouvel outil sur le territoire du Syribt dans la lutte contre une plante envahissante bien présente en ce lieu : la renouée asiatique.
Les troupeaux sont placés sur des zones ciblées où la renouée est en quantité importante. Cet éco-pâturage vise à affaiblir les plants par la consommation et le piétinement des bêtes.
Par la suite, l’objectif est de replanter une végétation endémique. Cette dernière empêchera la repousse de la renouée en occupant l’espace et en créant une concurrence pour la lumière.

Les résultats obtenus depuis le début de la campagne en octobre 2019 sont encourageants. Si l’on se réfère au travail similaire qui est en cours sur le bassin versant voisin de l’Azergues depuis quelques années, les premiers effets positifs devraient se voir dès cette année 2020.

Voir l'image ci dessus : à droite du chemin, la zone pâturée, à gauche, la zone intacte.

L'opération collective coordonnée sur l'ensemble du bassin versant  

Depuis avril 2018, le Syribt, en partenariat avec la Communauté de communes du pays de l'Arbresle, s'est engagé dans une démarche nommée "Qualité des rejets des entreprises (QRE)" afin de régulariser les autorisations spécifiques de rejets des entreprises raccordées sur le réseau d'assainissement collectif et leur proposer un accompagnement vers la mise aux normes.

Cette première étape a permis sur une généralisation de la démarche aux autres collectivités compétentes en assainissement sur le bassin versant (Communauté de communes des Monts du Lyonnais, et Communauté d'agglomération de l'Ouest Rhodanien), afin de proposer le même accompagnement à toutes les entreprises du bassin et leur donner accès à certaines subventions pour leur mise aux normes.

Cette démarche appelée Opération collective est inscrite au contrat de bassin Brévenne Turdine 2020-2022.

Les agences de l’eau Rhône Méditerranée Corse et Loire Bretagne apportent notamment une aide financière pour l’embauche de deux techniciens supplémentaires pour cette démarche : chaque collectivité aura donc un agent dédié à cette mission sur son territoire. La prise de poste des techniciens est prévue pour début juin.

Un document pour formaliser les actions de préservation de la ressource en eau 

Pour faire suite aux deux années de concertation sur la thématique des retenues collinaires, le Syribt s'est engagé dans la rédaction d'un plan de gestion de la ressource en eau (PGRE). Cette démarche s’adresse à un plus large public concerné par les économies d’eau : communes, représentants d’usagers, industriels, etc.

La première étape de la démarche consiste à réaliser une étude des volumes prélevables, c'est à dire des volumes disponibles pour les activités humaines une fois soustrait les besoins des milieux aquatiques. L'étude vise notamment à :

  • Déterminer les débits minimums à maintenir dans les cours d’eau pour garantir la vie aquatique ;
  • Réaliser un bilan des besoins en eau actuels et futurs sur le bassin versant pour les différents usages. 
À l’issue de ce diagnostic, une large concertation permettra de déterminer les marges d’économies d’eau possibles pour chaque type d’usage. Le PGRE sera le document contractuel qui formalisera toutes les mesures actées à l’issue de la concertation.

Le but d’une telle démarche n’est pas d’imposer des restrictions sur l’usage de l’eau, mais de préparer l’adaptation au changement climatique du territoire. Les mesures seront prises de telle sorte que l’ensemble des besoins en eau seront couverts 8 années sur 10.

Le Contrat de bassin Brévenne Turdine 2020-2022 signé par tous les partenaires

Le nouveau contrat de bassin Brévenne Turdine a été approuvé par l'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse en date du 12 mars 2020.

Outre les actions de restauration écologique des cours d'eau portées par le Syribt, il affiche des actions d'assainissement et de réduction des pollutions d'origine non domestique portées par les Communautés de Communes du Pays de l'Arbresle, de l'Ouest Rhodanien et des Monts du Lyonnais. La fédération de pêche du Rhône porte également quelques opérations d'intérêt piscicole. 

Ce programme d'actions, évalué à environ 15 millions d'euros, et bénéficiant de près de 6 millions d'euros d'aide financière des Agences de l'eau, sera mis en oeuvre jusqu'en fin d'année 2022. 

Twitter
Facebook
Website
Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list
 






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Syndicat de Rivières Brévenne Turdine · 117 rue Pierre Passemard · l'Arbresle 69210 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp