Copy
Logo

Dans chaque news letter vous trouverez un petit film

10 films
10 mots

de quoi commencer une discussion.

IMG_9713-INUKUK_MAUD_03_x264

Cette petite vidéo n’est pas le prologue d’un nouveau spectacle ni le teaser d’un ancien spectacle.

C’est l’épisode 1 d’un feuilleton que vous retrouverez chaque mois dans notre newsletter. Feuilleton à partir du livre « Les mots qui manquent » de Yolande Zauberman et Paulina Mokol Spiechowics.

Dans leur postface les auteurs écrivent :

« L’idée de ce livre m’est venue en regardant les indiens monter le long des gratte-ciel à New york. Leur tribu ignore le mot « vertige », il manque à leur langue, sa sensation, le concept même. »

... « Ces secrets collectifs composées d’un seul mot désignent des sentiments ou des sensations dont on ne savait même pas qu’ils pouvaient être nommés. C’est mots manquant nous grandissent, nous élargissent »

Quand à moi ce livre me suit depuis longtemps, il passe de mon lit à ma bibliothèque, de mon sac à dos à mon bureau. Cette newsletter et celles à venir sont l’occasion de le partager.

On commence par une news letter double : Septembre-Octobre

Pomelo se demande

En Création

Nous avons commencé les résidences avec notre « Pomelo se demande » de Ramona Badescu et Benjamin Chaud

Création prévue le 13 décembre 2022 au TOTEM à Avignon

Équipe artistique :
conception et interprétation : Guillaume Derieux et Maud Hufnagel
Collaboration à la mise en scène : Lucie Nicolas
Spectacle en Kamishibaï et marionnette et en musique à installer partout
Durée 30mn
A partir de 5 ans


Pomelo est un éléphant rose de la taille d’un radis.
Il vit dans un jardin, se pose des questions et réfléchit le monde à la loupe.
Son monde: un carré de potager qui s’ouvre sur l’univers .
Ses interrogations: des bulles de philosophie poetico-absurde à partager au quotidien.
A la liberté de ses questions, il n’y a pas de réponses évidentes. Reste au spectateur de tout âge à faire germer ses propres réponses.
Pour donner à voir et entendre les questions de Pomelo, l'équipe de Et Compagnie utilise un Butaï, petit théâtre de bois japonais utilisé pour des spectacles de Kamishibaï (théâtre d'image en papier). Les deux manipulateurs musiciens déploient le potager de Ramona Badescu et Benjamin chaud mais la facétie de Pomelo ne cesse de leur jouer des tours.

Résidence à la médiathèque La Durance à Cavaillon en partenariat avec la Scène nationale de Cavaillon, la Garance et la DRAC du 12 au 16 septembre et du 26 au 30 septembre 2022

Résidence au Totem ( Avignon) du 24 au 29 octobre 2022

Résidence au CDN les tréteaux de France ( Aubervilliers) du 5 au 9 décembre 2022

Création 13 décembre 2022 avec le TOTEM à Avignon

Cliquer ici pour accéder au dossier du spectacle


Dans Moi

DANS MOI - création 2021

Et Compagnie Création 2021- En Tournée cette saison
D’après « Dans moi » d’Alex Cousseau et Kitty Crowther – éditions MEMO

Spectacle-Atelier de papier et de sérigraphie

Tout public à partir de 6 ans
Jauge de 30 personnes
Durée 1h10 environ

DISTRIBUTION

Conception du projet et interprétation : Maud Hufnagel, Claire Latarget
Collaboration artistique à la mise en scène : Lucie Nicolas
Scénographie et construction : Mathieu L’Haridon
Sérigraphie : sophie Couderc
Stagiaire : Camille Tramini

Deux sérigraphes accueillent les spectateurs dans leur atelier nomade pour une initiation à la sérigraphie. Elles sont en train de préparer les impressions nécessaires à leur intervention. Mais tout ne se passe pas comme prévu.

Dans moi est une aventure intérieure qui prend la forme d’un conte initiatique un peu étrange, où le dedans et le dehors se mélangent : une plongée en soi pour affronter ses émotions.

Le spectacle s’installe dans des lieux non dédiés au théâtre pour une proposition mêlant forme théâtrale et atelier, déclinant un théâtre de papier surprenant.

Le spectacle été crée à l’automne 2021 et tourné sur la saison 2021-2022 ( au théâtre Massalia à Marseille, au Théâtre du bois de l’Aune à Aix en provence, au Totem à Avignon )
Il sera visible du 11 au 15 avril 2023 à La Garance, Scène Nationale de Cavaillon
Diffusion possible dès maintenant ( captation disponible sur demande)

Le spectacle a été retenu par le dispositif départemental Provence en scène et sera sur leur catalogue pour la saison prochaine.

Cliquer ici pour accéder au dossier du spectacle

La mastication des Morts

reprise

de Patrick Kermann

Mise en scène et interprétation : Maud Hufnagel
petite forme de marionnettes sur table
Durée 25mn
A partir de 10 ans

Sur une table s’anime une ville-cime­tière d’où sur­gis­sent des per­son­na­ges-marion­net­tes, ces morts qui ont encore leur mot à dire.

2 représentations en appartement à Marseille, 1 représentation à St Chinian et 2 représentation dans la Drôme en novembre et décembre 2022


Cliquer ici pour accéder au dossier du spectacle
et à la vidéo.

Et Compagnie en quelques mots
Direction artistique Maud Hufnagel

Présentation

Et Compagnie a été crée en 2008 par Maud Hufnagel (formée à L’ESNAM diplômée en 2002). La démarche artistique de la compagnie vise à créer des spectacles où le rapport à la scénographie, aux objets et à différentes techniques visuelles (projections, utilisation de photos ou de films, dessins en direct, créations de mécanismes, sérigraphie…) ont une place prépondérante.

En quelques mots

Quand est venu le moment de créer une association pour tourner les spectacles que j’avais créés, s’est posé la question du nom. Comment l’appeler ? Comment lui trouver un nom pérenne qui porte son identité artistique ? Comment définir mon travail ? Il me fallait du temps pour répondre à ces questions. Alors j’ai un peu botté en touche : cette association, je voulais la créer pour travailler avec d’autres personnes, il s’agissait avant tout de trouver un cadre pour travailler avec, pour travailler ensemble : ça s’appellerait « Et », « Et compagnie » Depuis le temps a passé, il y a eu des spectacles, il y a eu des rencontres, il y a eu des projets, il y a eu des envies et des rêves, il y a eu des hasards, et pas à pas un chemin s’est dessiné, aujourd’hui je peux le voir plus clairement, et il continue à sillonner et à se chercher.

Ce « et compagnie » me convient toujours mais il fait sens de manière un peu plus large : il s’agit de travailler avec d’autres artistes, artisans, créateurs et un texte et des matiériaux et un dispositif et un public et des rêves.

Le texte Je choisis un texte pour un spectacle ou un projet dont je m’imprègne progressivement. Les textes que je choisis posent des questions qui me bousculent. Ce sont des textes qui me font grandir, me transformer et je rêve qu’ils aient un impact similaire sur les spectateurs.

Marionnettiste

Quand on me demande quel est mon métier j’ai toujours une appréhension à le définir. Comment résumer… et « je suis marionnettiste » entraîne souvent les gens sur une fausse piste, une idée classique de la marionnette . Alors parfois je ne dis pas ; je dis juste « je fabrique des spectacles » ou « je fabrique des spectacles où tout ce qui est plastique est important ». Pourtant aujourd’hui j’ai envie de dire haut et fort « je suis marionnettiste » et de défendre qu’être marionnettiste est une facette de mon engagement politique au monde.

Dans marionnettiste il y a le coté artisan et populaire qui me plaît, j’aime l’artisanat, du beau inscrit dans le quotidien, je veux que mes spectacles s’inscrivent dans la vie, que ce soit durant leur création ou pour les représentations. Je veux que dans leur élaboration nous pétrissions nos matières nos mots et nos idées comme de la pâte à pain qu’on va porter à la cuisson. Je suis souvent très attirée par des spectacles documentaires, ce n’est pas strictement ce que je développe dans mon travail et pourtant je m’en sens proche. Je rêve que même un texte poétique puisse modifier notre rapport au monde.

La marionnette, le théâtre d’objets, d’images, vient ouvrir le texte, le rencontrer, l’envelopper, le bousculer pour en ouvrir le sens. La marionnette est une forme emprunt d’une grande liberté. Un code de jeu qui fait appel à une part enfantine en nous, précieuse et subversive. De Puccinella au théâtre d’objets, on retrouve ce code de la surprise, du décalage, du renversement des préjugés et des attentes. La marionnette dans son sens large répond à mes envies, et mes projets de spectacles à ce désir de renverser le monde, de le regarder autrement. Aujourd’hui changer notre regard sur le monde est urgent ; un spectacle, à sa manière, même petit, même intime porte ce rôle. La marionnette a cette liberté qui peut faire bouger les lignes, les attentes et les conventions.

L’espace

Pour chaque projet il m’est essentiel de penser le rapport au spectateur. Dans quel dispositif, quelle relation ai-je envie de créer entre le public et le plateau ? La question scénographique est primordiale et inclut la place du spectateur. Petite jauge, spectacle atelier ou bi-frontal, comment s’adresser à celui qui est en face, à celui qui est venu jusqu’à nous ?

Pour quel public

J’ai commencé la marionnette en voulant faire exclusivement des spectacles pour adultes. Puis j’ai répondu à une commande du théâtre de Sartrouville pour un spectacle jeune public : Petit Pierre que j’ai tourné plus de 10 ans J’ai aimé jouer pour des scolaires le matin et pour des adultes le soir. J’ai aimé jouer le même spectacle, raconter la même histoire avec des réceptions différentes selon l’âge des publics, leur milieu social, leur habitude ou non de venir au théâtre. Depuis mes rêves de spectacle sont habités par ce désir. S’adresser à tous. Ce qui prime, ce qui me meut, c’est de créer un spectacle que j’aimerais voir, qui semble s’adresser tout autant à des enfants de 5 ans ou qu’à des personnes adultes.

Des Techniques

J’aime apprendre, découvrir, de nouvelles matières et de nouvelles techniques. Céramique, sérigraphie, utilisation de la plaque off set sous toutes ses coutures…. Et j’aime quand on voit les coutures, quand la magie se déploie alors même qu’on donne à voir comment c’est fait. J’aime l’utilisation de technique “low tech”, artisanales, manuelles, lentes, bricolées, parfois aléatoires...

Dans ma cuisine

Ces rêves et ces délires qui nourrissent une création, qu’ils soient petits ou grands, qu’il s’agisse d’installer un spectacle dans une grange au milieu de bottes de foin, de faire de la magie avec des bouts de cartons, de faire s’envoler dans les cintres d’une grande salle une effigie taille humaine, d’aller se suspendre à un pont plusieurs mètres au dessus du sol ou faire bouger un éléphant en pâte à sucre avec un aimant… ces rêves scéniques, je les puise dans les textes que je veux faire entendre mais aussi dans ce qui m’entoure et ce que j’aime. L’énergie de celles qui plongent nues dans les rivières, la curiosité patiente et insatiable de celui qui attend des heures et des jours l’envol de l’essaim d’abeille, l’écoute de ceux qui inventent des manières de vivre ensemble, la détermination de ceux qui luttent, le soleil de ceux qui sèment et regardent grandir…

Les spectacles de la compagnie

La mastication des Morts de Patrick Kermann ( une cinquantaine de représenations, et ce n’est pas fini)

Petit Pierre de Suzanne Lebeau ( plus de 1000 représentations, nous n’avons rejoué depuis quelques années mais peut être il y en aura t-il encore quelques unes….)

Létée de Stéphane Jaubertie ( 65 représenations)

L’homme à l’oreille coupée de Jean Claude Mourlevat ( Commande l’espace 1789 pour 2 représentations)

Fly Colton fly commande d’écriture à Jalie Barcilon ( 25 représenattion en Maine et Loire)

Dans Moi De Kitty Crowther et Alex Cousseau

Pomelo se demande de Ramona Badescu et Benjamin Chaud

Les aventures extraordinaires, De celles qui, en plus des créations et des représentation, donnent du goût à l’ouvrage.

L’amour et moi : un film réalisé à partir d’ateliers avec des collégiens et les pensionnaires d’une maison de retraite. Des équilibres : un projet d’ateliers et d’installation en hôpital psychiatrique Nous la lune et les voisins : accompagnement et participation d’un festival de rue à Beyrouth Des cours à l’université ( arts du spectacle Aix en Provence) Et des ateliers…..avec des enfants , avec des enfants différents, des jeunes, des professionnels du spectacle vivant ou du secteur éducatif, un groupe de femmes dans une maison pour tous etc...

les Collaborations qui ont marqué mon travail : Lucie Nicolas : le théâtre documentaire, le ludisme Laurence Mayor : cirque et texte, le décalage Baro d’Evel : la confiance dans l’image poétique, faire avec ce que l’on est ici et maintenant Yvan Corbineau, Cie le 7 au soir : prendre à bras le corps les mots pour en faire du poétique politique et rechercher cela dans l’élaboration même du travail en collectif Valéry Faidherbe : l’image video comme matière et partenaire de jeu ...

Maud Hufnagel

Le mode agenda n'est pas activé pour cette rubrique
Activer le mode agenda pour cette rubrique