Copy
NEWSLETTER
Semaine du 1er juin 2017

Abonnez-vous
FOCUS SUR

Michel Veuthey - Regards sur 
Plateforme mondiale 2017 pour la réduction des risques en cas de catastrophe


Du 22 au 26 mai s’est tenue à Cancún la Cinquième Plateforme mondiale sur la réduction des risques en cas de catastrophes, une année exactement après le Sommet humanitaire mondial (Istanbul, 23-24 mai 2016), deux ans après Sendai, en mars 2015, plus de cinq mille personnes sont venues de 180 pays au Mexique pour faire le point sur la mise en oeuvre du Cadre de Sendai (« Sendai Framework for Disaster Risk Reduction »), un document non contraignant qui reconnaît le rôle essentiel des Gouvernements dans leur propre pays) et échanger sur les meilleurs moyens de prévenir et de faire face aux catastrophes naturelles en passant des engagements aux actions concrètes ...

Lire la suite ...
Derniers articles mis en ligne

Pour un fonds d’urgence humanitaire permanent

16/05/2017 par Yves Sandoz Le professeur Yves Sandoz en appelle à un sursaut de responsabilité pour venir en aide aux victimes des guerres et des famines. Un fonds doté de 4 à 5 milliards de dollars serait la solution Le 22 février de cette année, le secrétaire général de l’ONU avait lancé un cri d’alarme face à une famine qui était déjà une réalité dans certaines parties du Soudan du Sud et qui menaçait en Somalie, au Yémen et dans le nord-est du Nigeria: «Des millions de personnes luttent déjà contre la malnutrition et la mort», avait alors averti Antonio Guterres, qui sollicitait 4,4 milliards de dollars de toute urgence. Eclipsé par la crise syrienne, son appel n’avait reçu qu’une réponse très insuffisante. Le CICR et d’autres organisations humanitaires ont alors sonné l’alerte, de même que la Chaîne du bonheur.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Pour un fonds d’urgence humanitaire permanent on Facebook Google Plus One Button

Soudan du Sud : un rapport de l’ONU met en lumière les abus meurtriers contre les civils à Yei

19/05/2017. Les Nations Unies ont rendu public à Genève les conclusions d'une enquête approfondie sur les violations des droits de l'homme commises dans la ville de Yei et ses alentours, (150 km au sud-ouest de la capitale Juba), au Soudan du Sud. Selon le rapport conjoint de la Division des droits de l'homme de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) et du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), de nouveaux « possibles crimes de guerre et crimes contre l'humanité » auraient été perpétrés dans la ville de la province d'Equatoria Central entre juillet 2016 et janvier 2017. Le rapport conjoint documente des cas de violations et d'abus dans lesquels des civils ont été pris pour cible par les deux parties au conflit en raison de leur origine ethnique et/ou de leur soutien présumé à l'autre partie. « L'ampleur des abus commis par les groupes d'opposition armés demeure peu claire en raison du manque d'accès aux zones où ces groupes sont actifs », a déclaré devant la presse la Chef de la Section Afrique Australe et Orientale du HCDH, Julie de Rivero. Les Nations Unies pointent cependant la responsabilité des forces pro-gouvernementales (SPLA) dans la majorité des abus recensés. Le rapport recense 114 attaques contre des civils perpétrées par des forces pro-gouvernementales, mettant en cause directement ces dernières comme étant les auteurs de 114 assassinats.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Soudan du Sud : un rapport de l’ONU met en lumière les abus meurtriers contre les civils à Yei on Facebook Google Plus One Button

Plus de 31 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays en 2016

Rapport du GRID publié le 22/05/2017. Les conflits, la violence et les catastrophes ont provoqué 31,1 millions de nouveaux déplacements internes en 2016, selon le dernier rapport publié aujourd’hui par l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC) et le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC). « En 2016, une personne a été contrainte de fuir à l’intérieur de son pays toutes les secondes. Les personnes déplacées internes sont désormais deux fois plus nombreuses que les réfugiés. Il est urgent de remettre le problème des déplacements internes à l’ordre du jour de la communauté internationale », explique Jan Egeland, le secrétaire général du NRC. Sur les 6,9 millions de nouveaux déplacements internes causés par les conflits en 2016, 2,6 millions ont été enregistrés en Afrique subsaharienne, selon le Rapport mondial sur les déplacements internes. Avec un pic de 922 000 nouveaux cas durant la seule année 2016, la République démocratique du Congo a été le pays le plus touché. Viennent ensuite la Syrie (824 000), l’Irak (659 000), l’Afghanistan (653 000), le Nigeria (501 000) et le Yémen (478 000). À la fin de l’année 2016, 40,3 millions de personnes au total vivaient en situation de déplacement dans leur propre pays en raison des conflits et de la violence, certaines depuis des décennies.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Plus de 31 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays en 2016 on Facebook Google Plus One Button

ENTRETIEN : « Nos Casques bleus sauvent des vies tous les jours » – le chef du maintien de la paix

22/05/2017. Alors que les opérations de paix des Nations Unies se déroulent dans des environnements très complexes et sont confrontées à de multiples défis, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné récemment la nécessité d’adapter le maintien de la paix à « notre monde en mutation ». « Les opérations de paix sont à la croisée des chemins. Notre tâche est de faire en sorte qu’elles restent pertinentes avec des mandats clairs et réalisables, ainsi que des stratégies et un soutien adéquats », a déclaré le chef de l’ONU lors d’une réunion du Conseil de sécurité le mois dernier sur la question du maintien de la paix. Il a également demandé aux 193 membres de l’Assemblée générale un soutien politique et aux pays fournisseurs de troupes et de policiers du personnel professionnel et engagé. C’est dans ce contexte que Jean-Pierre Lacroix a pris ses fonctions de Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix début d’avril, en remplacement d’Hervé Ladsous, qui a occupé le poste pendant cinq ans et demi. Ce ressortissant français, qui a plus de 25 ans d’expérience politique et diplomatique, supervise 16 opérations de maintien de la paix des Nations Unies déployées sur quatre continents. Les missions des Nations Unies sont invitées non seulement à maintenir la paix et la sécurité, mais aussi à faciliter le processus politique, à protéger les civils, à aider au désarmement, à soutenir la tenue des élections, à protéger et à promouvoir les droits de l’homme et à rétablir l’état de droit.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like ENTRETIEN : « Nos Casques bleus sauvent des vies tous les jours » – le chef du maintien de la paix on Facebook Google Plus One Button

Tedros Adhanom, premier Africain à la tête de l’OMS

23/05/2017 par Stéphane Bussard. Le candidat éthiopien, soutenu par tout un continent, a largement remporté l’élection à la direction générale face au Britannique David Nabarro et à la Pakistanaise Sania Nishtar. Les défis qui l’attendent ne manquent pas. La campagne fut intense et de plus en plus acrimonieuse. Après un marathon de près de deux ans, l’Assemblée mondiale de la santé a tranché. Mardi à Genève, elle a élu au poste de directeur général de l’Organisation mondiale de la santé l’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, 52 ans. Aucun Africain n’avait jusqu’ici accédé à cette fonction. Il succède à la Chinoise Margaret Chan qui a dirigé l’OMS depuis 2006. Il était opposé au Britannique David Nabarro et à la Pakistanaise Sania Nishtar. Au troisième tour, il a glané 133 votes contre 50 pour son rival britannique. Il entrera en fonction le 1er juillet pour un mandat de cinq ans.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Tedros Adhanom, premier Africain à la tête de l’OMS on Facebook Google Plus One Button

Pourquoi les Coptes égyptiens sont une cible prioritaire des islamistes

26/05/2017 par Marc Fromager. 90% des Chrétiens d'Orient sont égyptiens, rappelle Marc Fromager, le directeur de l'AED. L'Egypte est le verrou permettant la jonction entre le Moyen-Orient et l'Afrique, qui permettrait d'établir le califat rêvé des islamistes. Marc Fromager est directeur de l'AED (Aide à l'Eglise en Détresse), qui soutient les chrétiens en danger partout dans le monde, et particulièrement en Egypte. Les terribles attentats commis ces deux derniers mois contre les Coptes en Egypte ne sont ni les premiers ni - il faut le craindre - les derniers. Les quarante-quatre morts et la centaine de blessés de Tanta et d'Alexandrie viennent s'ajouter à la longue liste des martyrs de ce pays, une Eglise qui se définit même comme étant l'Eglise des martyrs. Après l'attentat des Rameaux contre deux églises, le président al-Sissi avait immédiatement décrété trois mois d'état d'urgence. C'est un signe fort envoyé vers la communauté chrétienne mais c'est également l'indication d'une juste évaluation de la situation: l'Egypte est en guerre! Les Frères musulmans, les divers groupes islamistes et, sur le devant de la scène, l'Etat islamique, lui ont déclaré la guerre.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Pourquoi les Coptes égyptiens sont une cible prioritaire des islamistes on Facebook Google Plus One Button

Quand les humanitaires frayent avec les princes et les banquiers

26/05/2017 par Annie Slemrod. À vol d’oiseau, 340 kilomètres séparent le camp informel de Rukban, une zone désertique où 80 000 Syriens sont actuellement bloqués en attendant de pouvoir entrer en Jordanie, et les hôtels de la côte jordanienne de la mer Morte où s’est réunie l’élite de la région le week-end dernier à l’occasion du Forum économique mondial sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Le camp de Zaatari, où vivent 80 000 autres réfugiés, n’est qu’à 100 kilomètres de là. Depuis l’intérieur des salles de conférence où l’on dégustait des petits fours, cela semblait beaucoup plus lointain, même si les questions humanitaires — y compris le sort des réfugiés — figurent désormais à l’ordre du jour officiel du forum au même titre que les sujets plus traditionnels comme la croissance économique. Les directeurs des grandes ONG et les responsables des agences des Nations Unies se sont ainsi mêlés aux monarques, aux banquiers et aux politiques réunis sur la côte de la mer Morte. En dépit des critiques externes et du malaise éprouvé par certains d’entre eux, les humanitaires sont de plus en plus nombreux à collaborer avec le Forum économique mondial (FEM). Plusieurs considèrent en effet qu’un espace de discussion comme celui-ci peut jouer un rôle crucial dans la résolution des crises complexes qui ébranlent aujourd’hui le monde.

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Quand les humanitaires frayent avec les princes et les banquiers on Facebook Google Plus One Button

Un an après le Sommet mondial humanitaire, l’appel à agir est plus urgent que jamais, selon l’ONU

23/05/2017. Un an après le Sommet mondial humanitaire qui s'est tenu à Istanbul, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à maintenir la dynamique pour faire progresser l'Agenda pour l'humanité et obtenir de meilleurs résultats pour aider les personnes vulnérables face aux crises. « Aujourd'hui, l'appel à l'action énoncé dans l'Agenda pour l'humanité reste plus urgent que jamais », a déclaré M. Guterres dans un message. « Les crises humanitaires causent des souffrances et des déplacements humains à une échelle sans précédent. Les conflits brutaux et violents font d'innombrables vies. Les risques naturels et les conditions météorologiques extrêmes, la pauvreté et les inégalités structurelles, produisant un cercle vicieux de risque et de fragilité », a rappelé le Secrétaire général. « Ces crises nous empêchent de progresser vers notre objectif commun d'un monde pacifique et prospère pour tous ».

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Un an après le Sommet mondial humanitaire, l’appel à agir est plus urgent que jamais, selon l’ONU on Facebook Google Plus One Button

Bernard Tardieu, le climat : sciences, diplomatie et solidarité

02/05/2017. Ce livre traite de stratégie et de diplomatie. Comment rendre compte du changement fondamental introduit par le climat dans la géopolitique mondiale ? La géopolitique est depuis longtemps structurée par les rapports de force dans le contrôle de l’approvisionnement en ressources énergétiques fossiles. L’énergie fossile est devenue l’épine dorsale du système mondial. Le souci du climat discrédite progressivement les ressources fossiles et modifie les rapports de force associées à la possession et au contrôle de ces ressources. Peut-être n’épuiserons-nous pas les ressources fossiles de notre planète, ou bien dans très longtemps. Comment cette évolution s’est-elle produite dans les esprits des habitants de la terre et quelles en sont ses conséquences ?

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Bernard Tardieu, le climat : sciences, diplomatie et solidarité on Facebook Google Plus One Button

Diplomatie : comment rompre avec ses alliés ?

Emission diffusée sur France Culture le 03/05/2017. Jusqu'où peut-on mener une politique de rupture diplomatique ? Change-t-on d'alliance comme de chemise ? On allait voir ce qu’on allait voir. En arrivant à la Maison Blanche, Donald Trump promettait un grand chambardement en matière de relations internationales : prise de distance avec l’OTAN, rapprochement avec la Russie, moulinets du bras en direction de la Chine, mur avec le Mexique. Cent jours ont passé, c’est peu, mais suffisant pour constater que le nouveau président américain tient un discours bien différent désormais. L’OTAN n’est pas si obsolète, la Chine n’est pas si hostile, Poutine n’est pas si fréquentable… C’est qu’on ne change pas d’alliance si facilement. Les ruptures radicales sont rares. Peut-être moins d’ailleurs du fait de leur solidité que de leur souplesse. Dans un monde devenu multipolaire, où les relations commerciales sont au moins aussi importantes que les militaires, les recompositions échappent aux logiques anciennes. Ecouter l'émission

Lire la suite »
 

share on Twitter Like Diplomatie : comment rompre avec ses alliés ? on Facebook Google Plus One Button
Like
Tweeter
+1
Transférer
Copyright © 2017 Fondation de l'ordre de Malte France, Tous droits réservés.
Vous recevez cet email car vous êtes inscrits sur nos liste
Désinscription






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Fondation Française de l'ordre de Malte · 42, rue des Volontaires · PARIS 75015 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp